Connectez-vous à nous

La cuisine en héritage

Communauté

La cuisine en héritage

Transmettre sa passion culinaire, voici ce qu’aimerait laisser en héritage Mamma Rita. À 68 ans, cette Italienne d’origine, qui vient d’ouvrir son restaurant, met à profit son jour de congé pour donner des cours de cuisine gratuits aux familles monoparentales, dans le but d’apprendre aux mamans «à bien nourrir leurs enfants avec peu d’argent».

Ce dimanche matin, même si son restaurant est fermé au public, la Lavalloise est derrière les fourneaux. Équipées d’une charlotte, d’un tablier et d’un carnet de notes, les cinq «mamans apprenties» regardent attentivement chacun des gestes de la professionnelle.

Au menu, focaccia, poulet primavera et tarallucci au vin blanc, un repas complet que la chef préparera devant et avec ses élèves, pendant près de deux heures avant de le partager.

«Et ça, c’est combien de temps au four ? À quelle température ? Et si il y a des allergies au gluten?» Entre deux confections de biscuits, les questions fusent et chacune des participantes semble y trouver son compte. «Moi je suis venue, car j’ai plein de neveux et nièces et je m’occupe aussi des repas de mes parents», explique Manon Trottier, de Laval-des-Rapides. Quant à Diane Beaudoin de Duvernay, elle espère faire profiter d’autres personnes de son expérience chez Mamma Rita. «Je suis venue pour voir sa manière d’expliquer, car je suis bénévole auprès de femmes et personnes âgées et j’aimerais beaucoup les amener ici.»

Une question d’épicerie

En plus d’apprendre à cuisiner, Mamma Rita ne cache pas sa volonté d’éduquer les participants à faire leur épicerie de manière plus économique.

«Il faut regarder les circulaires, regarder les spéciales et vous savez, avec un poulet à 4 à 5 $, on nourrit 4 personnes pour au moins 3 repas.» Pas de gâchis donc pour cette chef, qui n’hésite pas à appliquer cette philosophie à son propre restaurant. «Même que souvent, les spéciales dans les supermarchés traditionnels sont plus avantageux que d’acheter en gros.»

Son approche

À la fin de ce premier cours et avant même d’avoir goûté le repas, les participantes ne cachent pas leur engouement.

«J’ai beaucoup aimé sa manière d’enseigner, car elle nous a laissé pratiquer, en respectant le temps que ça nous prenait», relate Mme Beaudoin. «Moi, j’ai aimé qu’elle nous donne des petits trucs, comme couper les escalopes de poulet en deux, pour faire des plus petites parts et les garnir de légumes», ajoute Manon Trottier.

Rassurées par la facilité de réalisation des recettes, toutes les apprenties promettent de reproduire les plats à la maison.

Qu’un début

Consciente qu’elle aura besoin d’aide pour financer son initiative à long terme, Mamma Rita envisage de donner également des cours payants.

«En fait, les cours payants du dimanche après-midi financeront ceux du matin pour les familles monoparentales.»

Si elle n’avait que cinq participantes cette fois-ci, la grand-mère espère bien attirer des groupes de 12 personnes dans l’avenir. Et lorsqu’on lui parle de retraite, celle qui n’a pas passé une journée sans avoir envie de cuisiner sourit. «J’ai déjà pris ma retraite. J’ai voyagé, j’ai acheté une maison en Italie, mais après cinq ans, j’avais envie de me remettre à cuisiner», conclut Mamma Rita.

Les cours sont gratuits, une participation de 10 $ est demandée par personne pour couvrir le coût des aliments. Information: 450 668-3060.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Communauté

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page