Connectez-vous à nous

La bourse Cecil-Rhodes à une résidente de Saint-François

Communauté

La bourse Cecil-Rhodes à une résidente de Saint-François

Léticia Villeneuve, étudiante au baccalauréat en relations internationales et droit international à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), a reçu la bourse Cecil-Rhodes, d’une valeur de 100 000 $, le 1er décembre dernier.

«Quand j’ai appris la nouvelle par téléphone, je suis restée sans voix», avoue la résidente de Saint-François, qui ne s’attendait pas à une telle reconnaissance, après avoir déposé son dossier début octobre.

Il faut dire que chaque année, ce prix n’est décerné qu’à deux étudiants au Québec et 11 au niveau national. «Tout d’abord, chaque université fait sa propre sélection. Pour la province, ils avaient reçu 34 dossiers. Puis, le comité a sélectionné 16 candidats pour des entrevues et deux ont reçu ce prix», poursuit la jeune femme de 23 ans.

Oxford

La totalité de la bourse permettra à Léticia de poursuivre ses études à la prestigieuse Université d’Oxford, en Angleterre, pour une maîtrise de deux ans en relations internationales.

«On peut profiter de la première année pour confirmer notre axe de recherche, mais je suis très intéressée par l’exploration des théories relatives au constitutionnalisme international», explique-t-elle.

L’étudiante, qui devrait s’envoler vers l’Europe à l’automne 2011, ne cache pas son enthousiasme: «j’ai déjà été en Angleterre, juste une fois à Londres et j’ai hâte de partir pour Oxford».

Parcours impressionnant

Prix du lieutenant gouverneur au secondaire, bourse de mérite scolaire au cégep, bourse d’entrée d’excellence à l’UQAM, l’étudiante avait également gagné le concours le Courrier Laval étudiant. «J’avais gagné un stage d’une semaine au sein de la rédaction», se souvient-elle.

En plus de travailler en tant qu’assistante de recherche pour un professeur en droit constitutionnel à l’UQAM, elle est membre du Forum Jeunesse Laval et préside son association étudiante.

Cette polyglotte, qui s’exprime couramment en français, anglais, espagnol et mandarin, n’hésite pas non plus à partir à l’étranger. «Cette année, je suis partie six mois en stage, en Chine. J’étais agente de communication au pavillon de la ville de Montréal à l’exposition universelle de Shanghai. J’ai aussi participé à la simulation des Nations Unies à New York.»

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Communauté

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page