Connectez-vous à nous

Jean Habel veut préserver le cachet du Vieux Sainte-Rose

Actualités

Jean Habel veut préserver le cachet du Vieux Sainte-Rose

ENGAGEMENTS. Le cachet unique que revêt le boulevard Sainte-Rose dans le village historique du même nom doit être préservé, souligne d’entrée de jeu le candidat libéral du comté, Jean Habel, qui en fait un de ses engagements.

Commentaires

Titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires de l’École des hautes études commerciales (HEC) de Montréal, le jeune politicien de 26 ans y voit là le visage de l’entrepreneuriat local, qu’il s’engage à soutenir en travaillant conjointement avec le Centre local de développement (CLD) de Laval. «Le rôle de député en est un de facilitateur», précise-t-il.

Infrastructures

M. Habel s’engage également à «effectuer les démarches» nécessaires à l’implantation d’une unité de prévention et de dépistage au Centre intégré de cancérologie de Laval, avoisinant l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé.

Ce projet pourrait trouver sa source de financement dans le Plan québécois d’infrastructures, dont les libéraux de Philippe Couillard ont annoncé le retour s’ils prennent le pouvoir. Québec y injecterait annuellement 1,5 G$ de fonds publics pendant cinq ans, et ce, dès cette année.

Transport en commun

Analyste financier, Jean Habel veut aussi favoriser le développement du transport en commun dans la région, notamment par l’aménagement de nouvelles voies réservées sur les grandes artères et l’ajout de cases de stationnement à la gare de Sainte-Rose de même qu’à la station terminale du métro Montmorency.

Parmi ses priorités figure aussi le dossier des riverains habitant le secteur ouest du comté de Sainte-Rose, durement touchés par les nouvelles cotes de crues imposées par décret, limitant grandement les usages permis sur leur terrain.

Une «table de concertation», réunissant les gens du ministère de l’Environnement et les élus provinciaux et municipaux, serait créée sous les libéraux afin de régler la situation, dit-il.

Enfin, il propose de sauver le programme musical de l’école Des Cèdres, dans Fabreville, et d’en assurer la pérennité. «Une réorganisation administrative du ministère de l’Éducation permettra de dégager sur 5 ans 187 M$ qu’on réinvestira dans les services directs aux élèves, notamment dans ce type de programme», termine-t-il.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page