Connectez-vous à nous

Interdiction de fumer sur le terrain des installations du CISSS

Actualités

Interdiction de fumer sur le terrain des installations du CISSS

Depuis le 1er mai, à l’exception de l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé, il est strictement interdit de fumer et vapoter sur le terrain extérieur des établissements exploités par le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval.

Commentaires

L’agence gouvernementale régionale informe que cette nouvelle politique pour un environnement sans fumée «répond à une obligation légale» et qu’en ce sens, elle «agit en cohérence avec sa mission comme promoteur de la santé».

Seul le centre hospitalier du boulevard René-Laennec échappe à l’interdiction, alors que les fumeurs sont autorisés dans la zone désignée située légèrement au sud de l’entrée principale.

CHSLD

Pour les résidents des CHSLD publics du territoire et leurs visiteurs, le fumoir aménagé à l’intérieur de ces cinq centres d’hébergement demeure.

Un CHSLD étant le domicile de ses résidents, ceux-ci doivent avoir accès à un coin fumeur, et ce, indépendamment des orientations ministérielles ciblant l’élaboration de la politique de lutte contre le tabagisme.

«Les fumoirs présents dans nos CHSLD répondent aux normes de ventilation et constituent une solution temporaire pour accommoder les personnes hébergées en CHSLD, jusqu’à la décroissance complète du taux de tabagisme dans ces milieux de vie», signale Pierre-Yves Séguin, conseiller cadre aux communications et relations publiques du CISSS.

L’agence gouvernementale régionale informe que cette nouvelle politique pour un environnement sans fumée «répond à une obligation légale» et qu’en ce sens, elle «agit en cohérence avec sa mission comme promoteur de la santé».

Seul le centre hospitalier du boulevard René-Laennec échappe à l’interdiction, alors que les fumeurs sont autorisés dans la zone désignée située légèrement au sud de l’entrée principale.

CHSLD

Pour les résidents des CHSLD publics du territoire et leurs visiteurs, le fumoir aménagé à l’intérieur de ces cinq centres d’hébergement demeure.

Un CHSLD étant le domicile de ses résidents, ceux-ci doivent avoir accès à un coin fumeur, et ce, indépendamment des orientations ministérielles ciblant l’élaboration de la politique de lutte contre le tabagisme.

«Les fumoirs présents dans nos CHSLD répondent aux normes de ventilation et constituent une solution temporaire pour accommoder les personnes hébergées en CHSLD, jusqu’à la décroissance complète du taux de tabagisme dans ces milieux de vie», signale Pierre-Yves Séguin, conseiller cadre aux communications et relations publiques du CISSS.

 

 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page