Connectez-vous à nous

Inondations : des répercussions sur plusieurs mois

Actualités

Inondations : des répercussions sur plusieurs mois

Même si la situation s’améliore pour plusieurs sinistrés, elle est loin d’être rose pour d’autres. Du manque de couverture d’un assureur à l’entrée bloquée par un pont, certains citoyens ne sont pas au bout de leur peine.

Commentaires

Sur la 24e rue, à la hauteur de la 25e avenue, un homme démolit tranquillement son sous-sol, où les champignons commencent déjà à prendre leur aise.

« Je vis dans la dernière maison inondée de la rue, dit d’entrée de jeu ce chauffeur de Téo Taxi. L’eau n’allait pas plus loin, à cause de la côte à monter. Mais l’eau montait beaucoup trop vite. »

Depuis, la situation s’est stabilisée. Vendredi, de bons samaritains sont même venus l’aider à empiler des débris et des biens condamnés sur le bord du chemin.

« C’est apprécié, dit-il. Par contre là, j’attends l’évaluateur du gouvernement avant d’aller plus loin dans la démolition de mon sous-sol. Je ne sais plus ce que je dois faire. »

Son assureur lui a confirmé qu’il n’était pas couvert pour ce débordement. Il a donc bien hâte de connaître le montant que le gouvernement lui accordera.

« Moralement, je ne sais pas, je crois que ça va, dit-il. Ce sont les montants qui me découragent. »

Il fait référence aux soumissions qu’il a demandées. L’une annonce une démolition de 6500 $, l’autre une reconstruction de plus de 26 000 $.

« C’est facile de démolir, mais ne me donner pas une crowbar parce que la maison risque de me tomber dessus, tente-t-il de rigoler. Ça fait huit ans que je vis ici. J’aurais dû rester à Montréal, je n’aurais pas vécu cette situation. »

Bloquée par un pont

Du côté des îles de Laval, la vie reprend tranquillement son cours.

« On a bien fait de rester ici, affirme Marie-Josée Lessard, une résidente de l’île Verte qui a tenu le fort pendant la crue. On a sauvé la maison. On a eu à peine d’eau. »

Pendant le siège, la famille est venue les appuyer.

« On avait des tours de garde, raconte-t-elle. On se promenait en bateau. »

Samedi, avec une équipe de la Ville, Mme Lessard nettoyait son terrain et ramassait les sacs de sable. Seule ombre au tableau, le pont construit par les militaires longe toute la façade de son terrain.

« On n’a plus accès à notre garage par la route, explique-t-elle. Le pont nous bloque. On en a pour des mois et des mois. Espérons que ce ne soit pas des années. »

Les champignons ont commencé à envahir les sous-sols qui ont été inondés.
Les champignons ont commencé à envahir les sous-sols qui ont été inondés.  ©Photo – Photo TC Media – Mario Beauregard

En attendant la visite de l’évaluateur du gouvernement, des résidents ont interrompu leurs travaux de démolition.
En attendant la visite de l’évaluateur du gouvernement, des résidents ont interrompu leurs travaux de démolition.  ©Photo – Photo TC Media – Mario Beauregard

Marie-Josée Lessard est fière d’avoir tenu le fort face à la crue des eaux, puisque sa maison est sauve.
Marie-Josée Lessard est fière d’avoir tenu le fort face à la crue des eaux, puisque sa maison est sauve. 

Marie-Josée Lessard devra supporter, pour quelques mois, la vue du pont temporaire qui bloque l’accès à sa cours.
Marie-Josée Lessard devra supporter, pour quelques mois, la vue du pont temporaire qui bloque l’accès à sa cours.  ©Photo – Photo TC Media – Mario Beauregard

Sur la 24e rue, à la hauteur de la 25e avenue, un homme démolit tranquillement son sous-sol, où les champignons commencent déjà à prendre leur aise.

« Je vis dans la dernière maison inondée de la rue, dit d’entrée de jeu ce chauffeur de Téo Taxi. L’eau n’allait pas plus loin, à cause de la côte à monter. Mais l’eau montait beaucoup trop vite. »

Depuis, la situation s’est stabilisée. Vendredi, de bons samaritains sont même venus l’aider à empiler des débris et des biens condamnés sur le bord du chemin.

« C’est apprécié, dit-il. Par contre là, j’attends l’évaluateur du gouvernement avant d’aller plus loin dans la démolition de mon sous-sol. Je ne sais plus ce que je dois faire. »

Son assureur lui a confirmé qu’il n’était pas couvert pour ce débordement. Il a donc bien hâte de connaître le montant que le gouvernement lui accordera.

« Moralement, je ne sais pas, je crois que ça va, dit-il. Ce sont les montants qui me découragent. »

Il fait référence aux soumissions qu’il a demandées. L’une annonce une démolition de 6500 $, l’autre une reconstruction de plus de 26 000 $.

« C’est facile de démolir, mais ne me donner pas une crowbar parce que la maison risque de me tomber dessus, tente-t-il de rigoler. Ça fait huit ans que je vis ici. J’aurais dû rester à Montréal, je n’aurais pas vécu cette situation. »

Bloquée par un pont

Du côté des îles de Laval, la vie reprend tranquillement son cours.

« On a bien fait de rester ici, affirme Marie-Josée Lessard, une résidente de l’île Verte qui a tenu le fort pendant la crue. On a sauvé la maison. On a eu à peine d’eau. »

Pendant le siège, la famille est venue les appuyer.

« On avait des tours de garde, raconte-t-elle. On se promenait en bateau. »

Samedi, avec une équipe de la Ville, Mme Lessard nettoyait son terrain et ramassait les sacs de sable. Seule ombre au tableau, le pont construit par les militaires longe toute la façade de son terrain.

« On n’a plus accès à notre garage par la route, explique-t-elle. Le pont nous bloque. On en a pour des mois et des mois. Espérons que ce ne soit pas des années. »

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Kassandra Martel Journaliste, pigiste

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page