Connectez-vous à nous

Imposant projet immobilier prévu aux abords du Club de golf Le Cardinal

Actualités

Imposant projet immobilier prévu aux abords du Club de golf Le Cardinal

TRANSACTION. Le paysage est appelé à changer aux abords du terrain 18 trous du Club de golf Le Cardinal au cours des prochaines années, alors qu’un imposant projet immobilier sera érigé à Sainte-Dorothée par les nouveaux propriétaires, Investissements Immobiliers Cardinal inc., qui ont acheté le site il y a quelques mois au coût de 6 M$.

Commentaires

L’acquéreur est à plancher sur un projet «innovateur» qui touchera le champ de pratique et le parcours exécutif (par 3), représentant 2.5 millions de pieds carrés. Les usagers y auront toutefois toujours accès cet été, les travaux pour ériger la première phase devant en principe débuter en 2018.

Quant au terrain de 18 trous du club, fondé en 1955 par Maurice Cardinal, architecte et concepteur du parcours, et Léopold Benoit, il fait l’objet d’une option d’achat, tel que stipulé dans le contrat de vente dont le Courrier Laval a obtenu copie.

«On prévoit 700 habitations, ce qui respecte les critères de densité résidentielle de la Communauté métropolitaine de Montréal, qui sont de 38 unités à l’hectare, explique Jonathan Morrison, porte-parole de la société, expliquant que la famille Cardinal était «partiellement impliquée» dans ce développement. Nous sommes régulièrement en contact avec la Ville et nous devrions pouvoir déposer notre demande officielle pour les services municipaux le 15 juin.»

Jonathan Morrison mentionne que la proximité notamment de la zone agricole et du futur Réseau électrique métropolitain, qui compterait deux gares dans l’ouest, faisait du site un endroit très stratégique.

Répondre aux besoins modernes

Le concept que l’on entend implanter dans l’ouest viendra répondre à des besoins modernes dans lesquels l’environnement, la faune, la flore seront parties prenantes. Les acheteurs sont d’ailleurs à répertorier les arbres, la végétation et les animaux qui se retrouvent sur ces lots.

«Il y aura des soins, de l’académique, des commerces, des parcs, des lieux de rencontre, des plans d’eau, des espaces communs pour que la clientèle, les familles urbaines, puissent bien vivre et se sentir en sécurité. Ce ne sera pas un secteur transitoire en termes de circulation, mais nous inviterons les gens à venir participer à notre écosystème», indique M. Morrison, ajoutant que la limite de vitesse sera établie à 20 km/h et que le piéton trouvera sa place dans ce développement axé sur l’écoresponsabilité.

Sept ans

Cette Phase I du projet domiciliaire s’étalera sur sept ans, au terme duquel le grand parcours pourrait cesser ses activités. Dans le contrat de vente, on peut lire que «le Vendeur» doit continuer à «exploiter activement et convenablement» le terrain de golf de 18 trous «jusqu’à ce que les délais pour l’exercice de l’Option d’achat soient expirés».

«Mais pour le moment, rien ne viendra affecter les opérations», termine Jonathan Morrison.

L’acquéreur est à plancher sur un projet «innovateur» qui touchera le champ de pratique et le parcours exécutif (par 3), représentant 2.5 millions de pieds carrés. Les usagers y auront toutefois toujours accès cet été, les travaux pour ériger la première phase devant en principe débuter en 2018.

Quant au terrain de 18 trous du club, fondé en 1955 par Maurice Cardinal, architecte et concepteur du parcours, et Léopold Benoit, il fait l’objet d’une option d’achat, tel que stipulé dans le contrat de vente dont le Courrier Laval a obtenu copie.

«On prévoit 700 habitations, ce qui respecte les critères de densité résidentielle de la Communauté métropolitaine de Montréal, qui sont de 38 unités à l’hectare, explique Jonathan Morrison, porte-parole de la société, expliquant que la famille Cardinal était «partiellement impliquée» dans ce développement. Nous sommes régulièrement en contact avec la Ville et nous devrions pouvoir déposer notre demande officielle pour les services municipaux le 15 juin.»

Jonathan Morrison mentionne que la proximité notamment de la zone agricole et du futur Réseau électrique métropolitain, qui compterait deux gares dans l’ouest, faisait du site un endroit très stratégique.

Répondre aux besoins modernes

Le concept que l’on entend implanter dans l’ouest viendra répondre à des besoins modernes dans lesquels l’environnement, la faune, la flore seront parties prenantes. Les acheteurs sont d’ailleurs à répertorier les arbres, la végétation et les animaux qui se retrouvent sur ces lots.

«Il y aura des soins, de l’académique, des commerces, des parcs, des lieux de rencontre, des plans d’eau, des espaces communs pour que la clientèle, les familles urbaines, puissent bien vivre et se sentir en sécurité. Ce ne sera pas un secteur transitoire en termes de circulation, mais nous inviterons les gens à venir participer à notre écosystème», indique M. Morrison, ajoutant que la limite de vitesse sera établie à 20 km/h et que le piéton trouvera sa place dans ce développement axé sur l’écoresponsabilité.

Sept ans

Cette Phase I du projet domiciliaire s’étalera sur sept ans, au terme duquel le grand parcours pourrait cesser ses activités. Dans le contrat de vente, on peut lire que «le Vendeur» doit continuer à «exploiter activement et convenablement» le terrain de golf de 18 trous «jusqu’à ce que les délais pour l’exercice de l’Option d’achat soient expirés».

«Mais pour le moment, rien ne viendra affecter les opérations», termine Jonathan Morrison.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à la retraite

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page