Connectez-vous à nous

Il y a dix ans, le viaduc s’effondrait…

Actualités

Il y a dix ans, le viaduc s’effondrait…

DUVERNAY. 30 septembre 2006, 12h30. L’impensable se produit dans le quartier Duvernay, alors que la portion sud du viaduc de la Concorde s’écrase sur l’autoroute 19, fauchant en quelques secondes la vie de Gilles Hamel, son frère Jean-Pierre et sa conjointe Sylvie Beaudet, Mathieu Goyette et Véronique Binette, un couple qui attendait son premier enfant.

Commentaires

Lire aussi:

10 ans après l’effondrement du viaduc de la Concorde, Monique Beaupré parle pour la première fois des tristes événements qui lui ont ravi son amoureux

Les images du viaduc ont frappé le monde entier

Duvernay se souvient du viaduc de la Concorde

Six autres personnes, qui circulaient sur la structure au moment où celle-ci a cédé, ont subi des blessures et le bilan aurait probablement été encore plus catastrophique si la tragédie était survenue la semaine et non un samedi. L’événement a aussi ravivé un autre noir souvenir de l’histoire lavalloise, celui de l’effondrement de poutres du viaduc du Souvenir en construction sur l’autoroute 15 en juin 2000, causant la mort d’un automobiliste.

La nouvelle s’était répandue comme une traînée de poudre dans les médias, d’un bout à l’autre du quartier et de l’île. De nombreux curieux avaient rapidement convergé vers la scène où policiers, pompiers et ambulanciers se sont aussi rendus à toute vitesse, à la rescousse des gens pris au piège. Les équipes de secours avaient d’ailleurs travaillé d’arrache-pied afin d’extraire les blessés de leur voiture, à travers les débris du viaduc en morceaux.

Le tablier ayant complètement broyé les véhicules des victimes, on a rapidement constaté qu’il n’y avait malheureusement plus rien à faire pour elles. Les opérations de secours s’étaient déroulées jusqu’à la nuit, des grues étant nécessaire pour soulever les tonnes de béton du sol.

Personnalités politiques

Dans les heures qui avaient suivi le drame, le premier ministre du Québec de l’époque, Jean Charest, s’était amené sur le site de la catastrophe et déclarait que la cause «inexpliquée« de l’effondrement «n’était certainement pas reliée à une question d’argent ou d’économie».

Mis au courant dans l’avion qui le ramenait de France, le maire Gilles Vaillancourt s’était aussi empressé de prendre la route vers le boulevard de la Concorde dès son arrivée à Dorval. «C’est une situation désolante qu’on ne souhaite jamais voir», avait-il déclaré aux nombreux journalistes massés sur les lieux.

Circulation

Sans aucune surprise, l’effondrement du viaduc de la Concorde a eu des ramifications sur la circulation pendant des mois. Navettes de la Société de transport de Laval, stationnements incitatifs au cinéma Guzzo du boulevard des Laurentides et au Carrefour Laval, aménagement plus rapide que prévu de la gare de Vimont, plusieurs mesures avaient été mises en œuvre afin de contrer au maximum les impacts de cet effondrement sur les usagers de la route.

Lien entre Montréal et Laval, l’autoroute 19 avait également été partiellement fermée, privant ainsi quotidiennement 60 000 automobilistes de cet axe routier, qui fut rouvert un mois après le drame.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à la retraite

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page