Connectez-vous à nous

Hausse de 43 $ pour la maison unifamiliale moyenne

Actualités

Hausse de 43 $ pour la maison unifamiliale moyenne

BUDGET. En 2017, le compte de taxes d’une maison unifamiliale moyenne augmentera de 43 $ à Laval, a annoncé le maire Marc Demers lors de la présentation du budget le 5 décembre.

Commentaires

En comparaison, les Lavallois avaient subi l’an dernier une hausse moyenne de 55 $.

Il s’agit d’une hausse de 1,4 %, ce qui est en-deçà de l’inflation de 2 % projetée par les économistes n’a pas manqué de souligner le premier magistrat.

Cette augmentation de la charge fiscale, qui est d’ailleurs la même pour toutes les catégories d’immeubles, générera des revenus supplémentaires de 9,2 M$ dans les coffres de la Ville.

Du côté des condominiums, le compte de taxes moyen grimpera de 22 $.

En 2017, le budget s’élèvera à 825 M$, soit 17,3 M$ de plus qu’en 2016 pour une croissance de 2,1 %.

2817 $

En chiffre absolu, il en coûtera en taxes municipales 2817 $ pour une résidence évaluée à 336 549 $, incluant la taxe spéciale pour les infrastructures d’eau potable et d’eaux usées (73 $), le service de l’eau (279 $) et le tarif lié au transport régional (45 $) qui demeurent inchangés.

Quant aux propriétaires uniques qui paient pour la disposition de la neige, ils subiront une légère hausse de 3 $ en 2017, le tarif de 220 $ étant indexé de 1,15 % selon l’Indice des prix à la consommation (IPC) de juin 2016.

Pour les multilogements et condos, le tarif de la neige passe de 113 à 114 $, alors qu’il augmente de 3 $ pour les immeubles mixtes et non résidentiels pour s’établir à 261 $.

PTI de près d’un milliard

Le programme triennal d’immobilisations (PTI) 2017-2019 prévoit des investissements totalisant 944,5 M$, ce qui représente quelque 100 M$ de plus que le PTI 2016-2018.

Le directeur général, Serge Lamontagne, explique cette importante injection de fonds additionnels du fait que l’administration municipale est «en mode réalisation de grands projets structurants», nommément la revitalisation du secteur du métro de la Concorde, le redéveloppement du secteur Val-Martin et l’aménagement du centre-ville aux abords de la Place Bell.

«C’est le fruit d’une meilleure planification», de renchérir le maire Demers au sujet de ce qu’on qualifie de «développement structuré et cohérent».

Le directeur général de la Ville, Serge Lamontagne.
Le directeur général de la Ville, Serge Lamontagne.  ©Photo – Photo TC Media – Mario Beauregard

Projets

C’est ainsi que dès l’an prochain, on investira 323,6 M$, et ce, autant dans la réhabilitation des actifs existants que dans de nouvelles infrastructures en lien avec la vision stratégique 2035.

Parmi les principaux projets qui seront réalisés au fil des trois prochaines années, notons le Complexe aquatique (60,1 M$), le Centre animalier (15,1 M$), le pavillon d’accueil au Parc de la Rivière-des-Mille-Îles (10,7 M$), la relocalisation du Centre d’interprétation des biosciences Armand-Frappier (8,5 M$) et l’usine de biométhanisation et de compostage qui, à elle seule, nécessitera des investissements de 140 M$.

Évidemment qu’une somme importante (44 % du budget du PTI) financera le renouvellement et la mise aux normes des réseaux d’égout et d’aqueduc, le contrôle des surverses, les mesures d’apaisement de la circulation, les aménagements favorisant la mobilité active, la réfection des ponts, viaducs et ponceaux et l’acquisition de milieux naturels.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page