Connectez-vous à nous

Grosse frappe contre la mafia italienne à Laval

Faits divers

Grosse frappe contre la mafia italienne à Laval

Le 12 juin, l’Unité mixte d’enquête sur le crime organisé (UMECO) a démantelé deux cellules majeures du crime organisé italien, dont l’une était opérée par les frères Antonio et Roberto Bastone, ce dernier étant un citoyen lavallois.

Commentaires

Ce sont 31 personnes qui ont été arrêtées dans plusieurs régions du Québec, notamment à Laval, Montréal et Québec.

Parallèlement, l’Unité mixte des produits de la criminalité (UMPC) a mené 10 perquisitions et procédé à la saisie de 2 résidences et de 2 comptes en banque. La valeur totale est estimée à 1 M$. Situées à Laval et Saint-Côme, les propriétés appartenaient à Roberto Bastone.

L’après Colisée

Ces réseaux, très structurés et dangereux, opéraient dans le but de contrôler le trafic de stupéfiants, ainsi que le droit de faire du commerce, dans des territoires du grand Montréal. L’objectif du projet Clemenza était de cibler et d’enrayer les cellules actives de souche italienne qui avaient pris la relève à la suite de l’opération Colisée.

«L’enquête, nommée Clemenza, a été amorcée en 2010 et elle n’est pas terminée», de spécifier Carine Corbey, de la Gendarmerie royale du Canada (GRC)

Les Lavallois

En plus de Roberto Bastone, Roberto, 41 ans, les autres résidents de Laval menottés ont été Alberto Castronovo, 32 ans, Pasquale Silvano, 52 ans, Giuseppe Fetta, et 34 ans.

Patrizio Silvano, 50 ans, fait partie des trois personnes qui sont toujours recherchées.

Nouvelle méthode

C’est grâce à l’interception de communications électroniques sur BlackBerry que les enquêteurs ont pu identifier les suspects en lien avec plusieurs crimes violents commis sur le territoire de la Ville de Montréal entre 2010 et 2012: incendies criminels, cache d’armes, séquestration, trafic de drogue, gangstérisme et complot.

Plus d’un million de messages privés ont été interceptés et analysés en preuve à l’aide de la technique d’interception sur la messagerie Pin to Pin. C’est la première fois que cette technique est utilisée à aussi grande échelle dans le cadre d’une enquête d’envergure en Amérique du Nord, affirme l’UMECO.

Collaborations

L’enquête s’est déroulée en partenariat avec le Service de police de la Ville de Laval, la Sûreté du Québec, le Service de police de la Ville de Montréal, l’Agence des services frontaliers du Canada, l’Agence du revenu du Canada et le Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Faits divers

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page