Connectez-vous à nous
chat gris masque COVID

Culture

Grisou et le virus de la pandémie

Un conte de Noël pour enfants signé Micheline Duff. Grisou, le chat de la famille Tremblay, était le plus mignon et le plus affectueux des minous.

À vrai dire, il s’avérait le meilleur ami du petit Jacob, âgé de 4 ans. Tous les deux se caressaient, se minouchaient, et jouaient ensemble à coeur de jour.

Hélas, un bon matin, Grisou refusa de quitter le coussin sur lequel il dormait. La maman du petit garçon se pencha sur lui pour l’examiner et elle découvrit qu’il semblait très gravement malade et était agité de tremblements.

Elle remarqua son nez qui coulait, ses yeux à demi-fermés et son museau plein de bave, À vrai dire, il ne tenait même pas sur ses pattes!
– Oh! Oh! s’écria-t-elle. Il va falloir l’amener chez le vétérinaire.
– Non, non, maman, répliqua Jacob, va le montrer au docteur!
– Le docteur des animaux s’appelle un vétérinaire, mon chéri.
Jacob baissa la tête et ne répondit pas. Il se sentait tellement inquiet pour son malheureux chat. Il n’avait pas tort, car quelques heures plus tard, la mère revint avec Grisou portant un masque et enfermé dans une boîte de carton.

Retour du vétérinaire
– Notre chat a attrapé la COVID- 19, le virus qui cause actuellement la pandémie
sur la planète terre et a empêché les enfants d’aller à l’école au printemps dernier.
Comme tous les humains qui souffrent de cette maladie, Grisou devra porter un masque

et demeurer en quarantaine.

– Ça veut dire quoi, maman, la quarantaine?
– Cela signifie, mon garçon, que ton minou va devoir rester enfermé durant au
moins deux semaines, sans approcher ni toucher quelqu’un. On devra donc l’enfermer
dans la salle de lavage, la porte fermée et un masque enveloppant sa tête,
– Oh là là! pauvre Grisou! Je l’ais m’ennuyer de lui, moi! se lamenta Jacob en
reniflant.
La mère tenta vainement de consoler son enfant:
– Heureusement, Noël arrive dans moins de cinq jours. Cela devrait pouvoir te
changer les idées, mon trésor. D’ici là, tu dois demeurer sage, mon pauvre chéri et,., loin
de ton chat, Ne t’en approche pas et, surtout, n’y touche pas.

Quarantaine féline
Les cinq jours s’écoulèrent lentement et péniblement, Grisou toujours enfermé.
Seule maman, avec ses longs gants de caoutchouc, entrouvrait la porte pour enlever le
masque du chat et lui glisser un plat de nourriture et un bocal rempli d’eau. Elle y
retournait quelques heures plus tard afin de lui remettre son masque et pour retirer les
contenants vidés.
– Il semble aller mieux, lançait-elle chaque fois, mais il faut bien compter quatorze jours avant de le sortir de là, car cette grave maladie est très contagieuse, à ce qu’on dit, et nous ne devons pas l’attraper.
Quelques jours plus tard, durant la nuit de Noël, alors que toute la famille dormait à poings fermés, Grisou entendit un bruit bizarre dans la maison.

En approchant sa tête contre le mur pour mieux entendre ce qui se passait, il constata que la porte de la salle de lavage avait été mal refermée. En la poussant d’un puissant coup de tête, il arriverait à l’ouvrir.

Wow! Il le fit rapidement et, avec les griffes de ses pattes, il réussit à retirer son masque, Puis, mine de rien et sans faire de bruit, il se dirigea vers le salon d’où venait le bruit.

Rencontre fortuite

Dieu du ciel! Il s’agissait du père Noël à genoux au pied de l’arbre de Noël en train de distribuer les cadeaux. Le chat s’approcha de lui et se frotta tendrement contre lui. Enfin, il trouvait quelqu’un pour le dorloter!

Tout content d’apercevoir Grisou, le père Noël le prit doucement dans ses bras et le pressa longuement contre lui. Le chat se mit à ronronner de plaisir.

– Toi, mon beau minou, si tu n’appartenais pas à Jacob, je t’emmènerais avec moi au Pôle Nord. Tu es si mignon…

Quand vint le temps de déguster les biscuits et le verre de lait préparés pour lui par maman sur une petite table, le vieux père Noël les partagea avec Grisou, prenant chacun une bouchée du même biscuit et le chat léchant le lait dans le verre du père Noël.

Au bout d’un long moment d’échange de câlins, le vieux bonhomme n’eut pas le choix de le remettre par terre après avoir déposé un bec sur sa tête entre ses deux oreilles. Il avait trop de monde à visiter au cours de la nuit pour s’attarder auprès de Grisou.
Après son départ, le chat retourna, la tête basse, vers la salle de lavage pour s’y rendormir paisiblement, cette fois sans son masque, se disant qu’il lui restait encore neuf jours avant que se termine cette fameuse quarantaine.

Malade célèbre

Le lendemain en fin d’après-midi, jour de la fête de Noël, Jacob, assis sur le divan du salon, regardait un film d’enfants à la télé quand on interrompit brusquement l’émission.

– Mesdames et messieurs, mes chers enfants, dit l’annonceur d’une voix grave, excusez-moi de devoir vous transmettre une mauvaise nouvelle de dernière heure qui attristera tout le monde entier: le père Noël se trouve actuellement dans le lit d’un hôpital de la ville. Il semble qu’il ait contracté le fameux virus COVID-I9 causant la pandémie. Les médecins ignorent où et comment il aurait attrapé cette méchante maladie. Ce dernier affirme n’avoir commis qu’une seule erreur au cours de la nuit: il n’a pas porté son masque pour la distribution des cadeaux, vu qu’il ne rencontrerait personne, tout le monde dormant dans son lit.

«Mesdames et messieurs, sachez que comme les docteurs lui conseillent de retourner au Pôle Nord dès maintenant pour y demeurer en quarantaine, tous ceux et celles qui devaient recevoir leurs cadeaux de Noël seulement ce soir, devront attendre le retour du père Noël, seulement dans deux semaines, alors qu’il aura enfin récupéré sa santé. Il reviendra alors leur apporter leurs cadeaux. Soyez patients, les enfants, il faut que le père Noël guérisse, cela est très important!»

Finale masquée

Jacob se montra fier d’avoir reçu ses étrennes, lui et toute sa famille, durant la nuit.

On ne s’expliqua jamais d’où provenait le corona virus du père Noël.

Deux semaines plus tard, Grisou reçut, déposé dans la boîte à lettres un cadeau de Noël marqué à son nom.

Ah?… Il s’agissait d’un joli masque coloré ainsi que d’un petit chat de plastique, dont il suffisait de remonter le mécanisme grâce à une clé pour qu’il se mette à circuler un peu partout sur le plancher.

Étrangement, le chaton portait un masque. Grisou l’adora et passa des heures à courir après ce jouet en compagnie de Jacob, faisant retentir des fous rires à travers toute la maison.

Le père Noël et Grisou étaient enfin remis de leur maladie et pouvaient dorénavant circuler librement.

Tout est bien qui finit bien!

Commentaires

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page