Connectez-vous à nous

Grande vitesse, grandes conséquences

Actualités

Grande vitesse, grandes conséquences

PRÉVENTION. La vitesse bouleverse des vies. Voilà le message que la Police de Laval a transmis à des conducteurs excédant la limite sur le boulevard des Laurentides, angle Saint-Martin, le 8 juin.

Commentaires

Durant notre passage d’une heure, les véhicules se sont succédé un après l’autre dans le stationnement d’un petit centre commercial, où une scène d’accident avait été reconstituée, ayant été interceptés à des vitesses variant entre 67 et 76 km et même 87 km!

Après une vérification des papiers, les automobilistes, hommes et femmes de tous âges, recevaient non pas une contravention, mais un dépliant rappelant la sécurité au volant. Ils ont aussi échangé avec des agentes d’intervention communautaire et écouté l’histoire de deux hommes vivant maintenant avec d’importantes séquelles à la suite d’un accident de la route.

Vitesse en moto

La vie de Nicolas Steresco a basculé en 1998 sur une bretelle d’autoroute, prise à trop haute vitesse avec sa moto. Victime d’un traumatisme crânien sévère, il se déplace aujourd’hui en fauteuil roulant et doit composer avec des problèmes cognitifs.

«Ce n’était pas la première fois que j’avais un accident en moto, mais les autres étaient mineurs, alors je n’ai pas compris, reconnaît-il. Je me pensais trop bon, trop fort, trop performant. Ça changé ma vie, mais aussi celle de mes proches à tout jamais.»

C’était la cinquième fois qu’il se prêtait à l’exercice de la sensibilisation et il tient à rappeler aux gens que le risque est là à tout moment. «Combien de temps ils vont se rappeler du message, je ne le sais pas, mais si je sauve une seule vie, la job est faite», souligne M. Steresco.

Collision avec un orignal

Gabriel Duguay conduisait dans le parc industriel de Bécancour lorsque sa voiture a frappé un orignal, en août 2010. L’existence n’a plus jamais été la même pour cet ingénieur alors âgé de 36 ans: problèmes de vision, épilepsie, hypothyroïdie, hypourée, syndrome de fatigue chronique, séquelles cognitives.

«Je n’ai aucun souvenir de l’accident. C’est arrivé vers 20h, à la brunante, peut-être n’ai-je jamais vu l’orignal. Un accident est vite arrivé et j’en subirai les conséquences toute ma vie. Si on réussit à toucher 8 personnes sur 10 [lors d’opérations comme celle-ci], ce sera bon», espère-t-il.

Bilan routier 2015

Ironiquement, cet événement de sensibilisation mené dans le cadre de l’Opération Nationale Concertée coïncidait avec la sortie du bilan 2015 du Service de police de Laval, qui révèle une augmentation de 93 accidents routiers sur le territoire. Ceux avec décès sont également en hausse avec neuf l’an dernier, «alors que la moyenne des cinq dernières années était plutôt de 5».

Outre les policiers, des ambulanciers d’Urgences-santé, un représentant de l’Association Québécoise des Traumatisés Crâniens et des pompiers, qui ont simulé une intervention avec les pinces de désincarcération, ont aussi collaboré à cette campagne de prévention.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à la retraite

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page