Connectez-vous à nous

Actualités

Fumier humain

Doit-on fertiliser les champs qui produisent fruits et légumes destinés à nos tables avec les résidus de nos égouts? À l’usine d’épuration de La Pinière, à Laval, on produit des granules réputés pour leur qualité, à haut niveau de désinfection, à partir de ces résidus. Malgré cela, les agriculteurs de l’île Jésus disent: «Non!»

Commentaires

«On n’est pas favorables à ça», dit spontanément Normand Legault, agriculteur de Saint-François et second vice-président de la Fédération des producteurs maraîchers du Québec (FPMQ).

La question est épineuse à Laval, où la culture maraîchère est une des principales activités agricoles. Le débat sur ces matières résiduelles fertilisantes, qu’on nomme tantôt «boues municipales», tantôt «biosolides» refait surface, depuis le dépôt du rapport de la Commission des transports et de l’environnement, qui recommandait, en juin, leur valorisation.

L’aspect de la salubrité et les éventuelles difficultés à écouler les stocks, chez les producteurs qui décideraient d’utiliser ce type d’engrais impopulaire, motivent l’opposition de la FPMQ, précise M. Legault. «On n’a pas la preuve qu’il n’y a aucun impact [lié à] l’amendement du sol avec des boues.»

Le président de la Fédération régionale Outaouais-Laurentides de l’Union des producteurs agricoles du Québec, Richard Maheu, évoque quant à lui la présence de métaux lourds dans les biosolides. «Il n’y a pas de métaux lourds dans le lisier de porc, dit-il. Si j’étais producteur maraîcher, j’aurais aussi des réticences.»

Solution écartée

Comparativement aux États-Unis et à la France, par exemple, qui ont adopté les biosolides en agriculture depuis des décennies, le Québec est plus frileux. Selon le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP), 0,2 % de la superficie du territoire cultivé au Québec a reçu des biosolides en 2004. Moins de 10 % de ces épandages ont été effectués sur des champs de cultures destinées à l’alimentation humaine.

Plusieurs intervenants interrogés par le Courrier Laval notent que Laval est avant-gardiste dans le domaine de la valorisation des biosolides et vantent la qualité du produit lavallois. L’agriculture ne représente cependant qu’un maigre 7 % de ses débouchés. Et ce fertilisant n’a pas trouvé preneur, à ce jour, sur le territoire de l’île Jésus. «La demande n’est pas là», constate Line Lagacé, de GSI Environnement, firme mandatée par Ville de Laval pour la valorisation des biosolides. «C’est un petit marché, ajoute-t-elle en parlant de l’agriculture lavalloise, et les terrains sont très près des zones peuplées…» «On constate qu’il y a de l’opposition, admet André Giroux, conseiller professionnel, déchets solides, du Service de l’environnement de Laval. À première vue, c’est une solution qu’on écarte.»

Granules

Laval valorise néanmoins 58 % de ses biosolides, sous forme de granules obtenus par séchage à l’usine de La Pinière, située sur la montée Masson, à Saint-François. Le reste des boues est acheminé au dépotoir. L’agriculture n’est pas la seule filière pour la valorisation des granules lavallois. Sous forme de compost (8 %), ils servent à la restauration de sites comme des mines désaffectées. La plus grande partie (85 %) aboutit à la cimenterie Saint-Laurent, à titre de combustible.

Les biosolides passés dans le séchoir thermique de l’usine de La Pinière satisfont aux normes du Bureau de normalisation du Québec (BNQ).

Le sceau du BNQ est une condition essentielle pour que le gouvernement provincial autorise l’épandage de ce type d’engrais. Depuis novembre 2007, l’épandage de biosolides non certifiés est interdit sur des parcelles vouées à la culture de produits consommés par les humains.

Moins pire que le lisier de porc

Raymond Van Coillie, docteur en toxicologie en environnement, estime que les inquiétudes des agriculteurs sont hors de proportion par rapport au risque encouru. «Le lisier de porc est pire, illustre-t-il, car il contient beaucoup plus de bactéries.»

Sur le site internet du MDDEP, on ne nie pas la présence de divers contaminants dans les boues municipales. On se fait toutefois rassurant, et diverses études sont citées.

Par exemple, celle réalisée en 1993 par le Dr Pierre Payment, virologue à l’Institut Armand-Frappier, qui conclut que plus de 99 % des virus de matières fécales sont détruits au cours du traitement à l’usine d’épuration. Le même sort est réservé aux salmonelles, lorsqu’elles subissent un séchage thermique, comme c’est le cas à Laval.

Hydrocarbures et métaux lourds, tout comme les contaminants biologiques, ne présentent pas un risque déraisonnable, assure le Ministère, puisque les normes québécoises de teneur limite dans les biosolides sont parmi les plus sévères en Amérique du Nord.

Le Dr Van Coillie arrivait à une conclusion similaire en 2003, dans le cadre d’une étude portant sur les risques associés à la présence de cadmium, de dioxines et de furannes dans les matières résiduelles fertilisantes au Québec.

Selon le chercheur, les restrictions imposées par Québec avant d’autoriser l’épandage de biosolides sur les terres agricoles tiennent compte de la sécurité des consommateurs.

Karel Ménard, porte-parole du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets, apporte toutefois un bémol. Les boues conformes au BNQ causent moins de problèmes, admet-il. «Mais il faudra toujours être vigilants. Car de nouvelles substances [hormones, médicaments, etc.] se retrouvent dans les boues. Et on ne connaît pas leurs effets.»

PHOTO: agriculture (Photo: Martin Alarie)

Source: Service de l’environnement de Ville de Laval

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page