Connectez-vous à nous

Frappe policière contre une compagnie de remorquage

Faits divers

Frappe policière contre une compagnie de remorquage

SAINTE-DOROTHÉE. La Police de Laval a assisté le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dans une opération ayant mené à l’arrestation de 12 personnes impliquées dans une cinquantaine de dossiers criminels reliés à l’entreprise ACCÈS Remorquage, basée principalement en sol lavallois.

Commentaires

Trois perquisitions se sont déroulées dans les villes de Laval, Saint-Jérôme et Montréal, au cours de la matinée du 20 juin. L’une d’elles a eu lieu dans une résidence et une autre dans les bureaux de la compagnie ACCÈS Remorquage anciennement connue sous le nom Remorquage A9.

Les 12 personnes interpelées, dont les propriétaires, administrateurs et plusieurs employés d’ACCÈS Remorquage, sont soupçonnées d’avoir élaboré des stratagèmes frauduleux et commis divers crimes liés aux activités de l’entreprise.

«Notre enquête a débuté en octobre dernier, d’indiquer l’inspecteur-chef André Durocher. Nous avons reçu 75 plaintes pour en retenir finalement 50. Ces individus oeuvraient principalement autour des CLSC et cliniques médicales, auprès d’une clientèle vulnérable. Ils exigeaient un paiement immédiat en argent liquide, très souvent au-delà du montant permis par la règlementation municipale, ce qui est à la fois illégal et immoral.»

Plutôt que de simplement facturer la victime, les suspects lui demandaient une somme pouvant atteindre 240 $ en sol montréalais alors que le montant maximum possible pour un remorquage est de 100 $, tous frais inclus.

Travaillant de façon organisée, après avoir déplacé un véhicule, si le propriétaire refusait leurs exigences, ils menaçaient de refuser d’en divulguer l’emplacement ou encore, de le déplacer de nouveau à un autre endroit afin d’augmenter les coûts de remorquage. Dans certains cas, les victimes ont fait l’objet d’actes violents. 

Accusations et saisie

Les suspects font face à divers chefs d’accusation pour vol, fraude, extorsion, complot et agression armée. Des individus arrêtés, six sont restés détenus, soit Gaétan Breton, 60 ans, Nathalie Gatien, 42 ans, Alexandre Breton, 22 ans, Éric Cuffaro, 50 ans, Eric Keiller, 51 ans, et Mathieu Spénard, 31 ans.

En plus de ces arrestations, les policiers ont procédé à la saisie de sept remorqueuses. Une centaine de policiers ont été mobilisés pour cette intervention.

Conseils avisés

«En aucun temps, un remorqueur ne peut retenir un véhicule en otage pour exiger un paiement, de préciser l’inspecteur-chef Durocher. Le déplacement de véhicules stationnés légalement constitue un vol.»

On invite les victimes d’infractions commises par une compagnie de remorquage à porter plainte à leur poste de quartier ou communiquer de façon anonyme et confidentielle via la ligne info au 450 662-INFO (4636) ou le 91. Cette information est importante pour faire avancer les enquêtes et mettre un terme à ces activités criminelles. 

Trois perquisitions se sont déroulées dans les villes de Laval, Saint-Jérôme et Montréal, au cours de la matinée du 20 juin. L’une d’elles a eu lieu dans une résidence et une autre dans les bureaux de la compagnie ACCÈS Remorquage anciennement connue sous le nom Remorquage A9.

Les 12 personnes interpelées, dont les propriétaires, administrateurs et plusieurs employés d’ACCÈS Remorquage, sont soupçonnées d’avoir élaboré des stratagèmes frauduleux et commis divers crimes liés aux activités de l’entreprise.

«Notre enquête a débuté en octobre dernier, d’indiquer l’inspecteur-chef André Durocher. Nous avons reçu 75 plaintes pour en retenir finalement 50. Ces individus oeuvraient principalement autour des CLSC et cliniques médicales, auprès d’une clientèle vulnérable. Ils exigeaient un paiement immédiat en argent liquide, très souvent au-delà du montant permis par la règlementation municipale, ce qui est à la fois illégal et immoral.»

Plutôt que de simplement facturer la victime, les suspects lui demandaient une somme pouvant atteindre 240 $ en sol montréalais alors que le montant maximum possible pour un remorquage est de 100 $, tous frais inclus.

Travaillant de façon organisée, après avoir déplacé un véhicule, si le propriétaire refusait leurs exigences, ils menaçaient de refuser d’en divulguer l’emplacement ou encore, de le déplacer de nouveau à un autre endroit afin d’augmenter les coûts de remorquage. Dans certains cas, les victimes ont fait l’objet d’actes violents. 

Accusations et saisie

Les suspects font face à divers chefs d’accusation pour vol, fraude, extorsion, complot et agression armée. Des individus arrêtés, six sont restés détenus, soit Gaétan Breton, 60 ans, Nathalie Gatien, 42 ans, Alexandre Breton, 22 ans, Éric Cuffaro, 50 ans, Eric Keiller, 51 ans, et Mathieu Spénard, 31 ans.

En plus de ces arrestations, les policiers ont procédé à la saisie de sept remorqueuses. Une centaine de policiers ont été mobilisés pour cette intervention.

Conseils avisés

«En aucun temps, un remorqueur ne peut retenir un véhicule en otage pour exiger un paiement, de préciser l’inspecteur-chef Durocher. Le déplacement de véhicules stationnés légalement constitue un vol.»

On invite les victimes d’infractions commises par une compagnie de remorquage à porter plainte à leur poste de quartier ou communiquer de façon anonyme et confidentielle via la ligne info au 450 662-INFO (4636) ou le 91. Cette information est importante pour faire avancer les enquêtes et mettre un terme à ces activités criminelles. 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Faits divers

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page