Connectez-vous à nous

Financement politique: des indépendants contre-attaquent

lidl opening times today

Actualités

Financement politique: des indépendants contre-attaquent

MUNICIPAL. Quatre élus indépendants ont désavoué le mémoire de Ville de Laval déposé dans le cadre des consultations liées au projet de loi 83, modifiant diverses dispositions législatives en matière municipale concernant notamment le financement politique.

Commentaires

En contrepartie, trois d’entre eux ont planché sur la rédaction d’un mémoire que le Parti Laval, une formation en instance d’accréditation auprès du Directeur général des élections du Québec (DGEQ), a présenté à la Commission de l’aménagement du territoire, la semaine dernière.

Il s’agit des conseillers Michel Trottier, chef intérimaire de ce parti en devenir, Pierre Anthian et Jean Coupal.

Tout comme l’administration municipale, ils se disent favorables à l’idée de réduire le financement populaire de 300 à 100 $ par électeur. Toutefois, ils déplorent l’intention d’implanter cette mesure à compter du 1er janvier 2017.

Par souci d’équité envers les partis qui verront le jour d’ici l’échéance électorale de novembre 2017, on demande d’en reporter l’entrée en vigueur au lendemain du prochain scrutin municipal.

Dépenses de cabinet

Absent du projet de loi à l’étude, le budget de cabinet consenti aux partis représentés à l’hôtel de ville doit être revu dans le cadre du présent exercice, estiment M. Trottier et ses collègues indépendants.

Ceux-ci soulignent au passage que le Parti Action Laval, qui représente l’opposition officielle avec un seul siège au conseil municipal, bénéficie de tout le budget de fonctionnement afférant à l’opposition, à savoir une enveloppe annuelle estimée à 700 000 $.

«On doit mieux répartir les fonds alloués afin que tous les élus, peu importe qu’ils soient indépendants ou membres d’un parti reconnu, bénéficient équitablement des sommes attribuées aux dépenses de cabinet, de manière à permettre à tout un chacun d’embaucher du personnel et de faire les recherches et études indispensables à l’exécution de leur mandat.»

La solution proposée est de redistribuer cette somme de 2,1 M$ de fonds publics à parts égales entre les 22 élus au conseil, incluant le maire, ce qui représenterait un budget annuel de 95 182 $ par élu.

«Pour les partis reconnus, cette somme serait gérée comme prévu actuellement, soit par le maire ou par conseiller désigné par le chef du parti dans le cas d’un parti d’opposition. Dans le cas des élus indépendants, cette somme serait administrée par chacun d’eux», suggèrent-ils.

Recherche et soutien

Quant aux budgets de recherche et soutien alloués aux élus, ils «devraient suivre le conseiller qui change de parti ou [qui] devient indépendant», ce qui n’est pas le cas actuellement, fait-on également valoir.

Ce budget, établi à quelque 27 000 $ par conseiller, est versé directement aux partis politiques le 1er janvier de chaque année.

«Les conseillers municipaux se sentent souvent pris en otage par leur parti pour leur budget de fonctionnement», déplorent les trois indépendants.

Collistier

Enfin, comme dernier amendement proposé au projet de loi 83, le Parti Laval plaide en faveur d’un colistier pour les candidats à la mairie dans les villes de 100 000 électeurs et plus, comme cela se fait à Montréal.

«Ainsi, un candidat à la mairie ne serait pas automatiquement éjecté du conseil en cas de défaite à ce poste et pourrait faire bénéficier sa communauté de ses talents s’il juge à propos de continuer sa carrière politique», termine-t-on.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page