Connectez-vous à nous

Familles monoparentales, immigrants et étudiants touchés par l’insécurité alimentaire

Actualités

Familles monoparentales, immigrants et étudiants touchés par l’insécurité alimentaire

PRÉCARITÉ. Plus de 38 000 Lavallois vivent des difficultés liées à l’accès aux aliments et s’inquiètent de ne pas avoir assez d’argent pour se nourrir convenablement.

Commentaires

Même si la proportion de Lavallois vivant de la pauvreté est plus faible qu’ailleurs au Québec, l’accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive pour satisfaire les besoins en énergie n’est pas une évidence pour tous.

Selon les plus récentes données de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes 2011-2012, la proportion de Lavallois dont le ménage a connu de l’insécurité alimentaire liée au revenu a presque doublé, passant de 5,3 à 10,2 % en 12 mois.

Pour la même année, le pourcentage de ménages avec des enfants de moins de 18 ans confrontés à cette problématique était de 7,9 %, comparativement à 6,9 % dans l’ensemble du Québec.

Jeunes adultes

La Direction de la santé publique du Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval révèle que cette insécurité touche un jeune adulte sur cinq. Les plus concernés restent les adultes entre 25 et 44 ans.

Les secteurs où la population est le plus à risque d’insécurité alimentaire et la plus concentrée sont Pont-Viau, Laval-des-Rapides et Chomedey.

Les facteurs de risque liés à l’insécurité alimentaire les plus importants sont en lien avec la monoparentalité (25,9 %), l’immigration (24,6 %), le statut d’étudiant (19,5 %) et les familles de trois enfants et plus (16,2 %).

Aussi, dans la région, le coût de logement et d’habitation s’est accru plus rapidement que le taux d’inflation et l’Indice du prix à la consommation, surtout pour les ménages propriétaires que locataires. Le tout fait partie d’un contexte économique difficile à la grandeur du Québec.

Banque alimentaire

Kathleen Gagnon, directrice générale du Centre de bénévolat et moisson Laval, confirme que beaucoup d’étudiants, de même qu’une majorité de personnes se situant dans la tranche d’âge 25-44 ans, font partie de leur clientèle, toujours en croissance.

«La soixantaine d’organismes qu’on dessert voit, elle aussi, de plus en plus de personnes ayant recours à l’aide alimentaire, révèle Mme Gagnon. Ce sont souvent des gens à faible revenu et des familles composées par de nouveaux arrivants.»

En plus des trois quartiers mentionnés dans l’étude, la directrice ajoute que beaucoup de personnes provenant de Saint-François et Laval-Ouest doivent passer par la banque alimentaire pour se nourrir convenablement.

 

Revenu annuel moyen (avant impôt) à Laval

Personnes immigrantes de plus de 15 ans: 32 910 $

Personnes non-immigrantes: 39 190 $

Personnes nouvellement arrivées au pays: 22 600 $

Population immigrante vivant dans un ménage à faible revenu: 16,7 %

Population non-immigrante vivant dans un ménage à faible revenu: 11,4 %

(Source: Direction de la santé publique du CISSS de Laval)

À lire également: Des projets alternatifs pour combattre les inégalités sociales

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page