Connectez-vous à nous

Évacuation d’une tour d’habitation de 17 étages

Actualités

Évacuation d’une tour d’habitation de 17 étages

MONOXYDE DE CARBONE. La fuite de monoxyde de carbone se dégageant de pompes à essence utilisées afin d’évacuer l’eau au sous-sol d’une tour d’habitation de 17 étages a forcé l’évacuation de plus de 300 personnes dans le secteur de l’île Paton, un peu passé 10h dimanche matin.

Commentaires

Détectant des symptômes d’intoxication au monoxyde de carbone chez un travailleur qui s’affairait à la tâche, des cols bleus municipaux de passage pour des fins de vérification ont aussitôt alerté le Service de sécurité incendie de Laval, qui y a dépêché six unités et une vingtaine de pompiers.
L’homme a été traité sur place par les ambulanciers d’Urgences-santé avant d’être transféré en centre hospitalier par mesure préventive, explique le chef aux opérations Michel St-Jean.
Gaz volatile
Un peu plus léger que l’air, ce gaz toxique est notamment très volatile, mentionne M. St-Jean.
Si bien qu’il s’est répandu aux étages supérieurs, a révélé la lecture des appareils servant à mesurer la concentration de ce gaz dans l’air. Des traces de monoxyde de carbone ont même été observées au 17e et dernier étage.
Une fois évacués, les occupants de l’immeuble ont pris place dans une demi-douzaine d’autobus de la Société de transport de Laval, où ils étaient à l’abri de la pluie dans l’aire de stationnement.
En début d’après-midi, tous ont pu regagner leur logement.

Détectant des symptômes d’intoxication au monoxyde de carbone chez un travailleur qui s’affairait à la tâche, des cols bleus municipaux de passage pour des fins de vérification ont aussitôt alerté le Service de sécurité incendie de Laval, qui y a dépêché six unités et une vingtaine de pompiers.
L’homme a été traité sur place par les ambulanciers d’Urgences-santé avant d’être transféré en centre hospitalier par mesure préventive, explique le chef aux opérations Michel St-Jean.
Gaz volatile
Un peu plus léger que l’air, ce gaz toxique est notamment très volatile, mentionne M. St-Jean.
Si bien qu’il s’est répandu aux étages supérieurs, a révélé la lecture des appareils servant à mesurer la concentration de ce gaz dans l’air. Des traces de monoxyde de carbone ont même été observées au 17e et dernier étage.
Une fois évacués, les occupants de l’immeuble ont pris place dans une demi-douzaine d’autobus de la Société de transport de Laval, où ils étaient à l’abri de la pluie dans l’aire de stationnement.
En début d’après-midi, tous ont pu regagner leur logement.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page