Connectez-vous à nous

Équinoxe Lévesque: 24 anomalies auraient été décelées

Actualités

Équinoxe Lévesque: 24 anomalies auraient été décelées

Nouveau rebondissement dans la saga entourant la tour de 26 étages en chantier face à la rivière des Prairies, à Chomedey.

Commentaires

L’affaire a retonti au conseil municipal du 1er mai lorsque Louise Labrie, une résidente du complexe Le Maritime jouxtant à l’ouest le projet d’habitation Équinoxe Lévesque, a évoqué un rapport d’expert qui y décèlerait 24 anomalies.

«Il s’agit d’anomalies par rapport au permis de construction», a-t-elle expliqué au maire Marc Demers. Ça nous a été confirmé par des experts.»

Ce document, dont le Courrier Laval n’a pu obtenir copie, aurait été produit par un urbaniste mandaté par le Syndicat de la copropriété Le Maritime qui aurait eu accès aux plans et devis du projet à la suite d’un jugement de la Cour.

«On fait face à un mur de près de 30 pieds sur notre ligne mitoyenne, a poursuivi Mme Labrie en évoquant le basilaire qui accueillerait notamment 14 cases de stationnement. Ce serait construit dans la marge de recul, alors c’est contraire aux règlements et ce serait sur les plans approuvés par la Ville.»

Courtière immobilière oeuvrant dans le domaine depuis 30 ans, Louise Labrie a remis à la greffière de la Ville des photos et une copie du courriel expédié à l’attention du maire cinq jours plus tôt, où elle lui demandait d’intervenir rapidement pour constater les manquements et y apporter les correctifs appropriés.

Réaction

D’entrée de jeu, Marc Demers a mentionné à son interlocutrice qu’il n’avait «pas pris connaissance encore» de son courriel, avant d’ajouter: «On va y répondre et on va faire faire les vérifications auprès de l’urbanisme [pour voir] si tout est en règle. Quand ce n’est pas en règle, on n’hésite pas à signifier et s’il le faut arrêter les projets.»

Rappel des faits

Ce chantier a suscité la controverse dès sa mise en chantier.

Au conseil municipal de juillet 2017, une dizaine de citoyens habitant majoritairement Le Maritime étaient venus exprimer leur grogne à la période de questions.

On reprochait, entre autres, le manque de transparence de l’administration municipale et ses différents services et l’opacité entourant ce projet de résidence pour personnes âgées.

Les citoyens y dénonçaient surtout la délivrance, le 8 juin, d’un permis autorisant une tour de 26 étages dans une zone où la Ville venait, 2 mois plus tôt, de fixer la hauteur maximale des bâtiments à 15 étages.

Le maire Demers avait alors fait valoir que la demande du promoteur, Construction Jadco, datait du 19 décembre 2016, tout en martelant que la Ville ne pouvait refuser un permis de construction si, au moment de son dépôt, la demande est conforme aux règlements de zonage. 

En entrevue au Courrier Laval en octobre 2017, François Brochu, alors porte-parole du cabinet du maire, réaffirmait que le projet respectait tous les règlements municipaux.

L’affaire a retonti au conseil municipal du 1er mai lorsque Louise Labrie, une résidente du complexe Le Maritime jouxtant à l’ouest le projet d’habitation Équinoxe Lévesque, a évoqué un rapport d’expert qui y décèlerait 24 anomalies.

Vue côté est du basilaire de la tour Équinoxe Lévesque, jouxtant le terrain où loge une maison de deux étages en bordure du boulevard Lévesque Ouest. À lVue côté est du basilaire de la tour Équinoxe Lévesque, jouxtant le terrain où loge une maison de deux étages en bordure du boulevard Lévesque Ouest. À l’arrière-plan se profile Le Maritime, une tour de condominiums de 18 étages.  ©Photo – Photo 2M.Media – Mario Beauregard

«Il s’agit d’anomalies par rapport au permis de construction», a-t-elle expliqué au maire Marc Demers. Ça nous a été confirmé par des experts.»

Ce document, dont le Courrier Laval n’a pu obtenir copie, aurait été produit par un urbaniste mandaté par le Syndicat de la copropriété Le Maritime qui aurait eu accès aux plans et devis du projet à la suite d’un jugement de la Cour.

La rampe dLa rampe d’accès menant aux 14 cases de stationnement qui seront aménagées sur le basilaire de la résidence pour personnes âgées Équinoxe Lévesque.  ©Photo – Photo 2M.Media – Mario Beauregard

«On fait face à un mur de près de 30 pieds sur notre ligne mitoyenne, a poursuivi Mme Labrie en évoquant le basilaire qui accueillerait notamment 14 cases de stationnement. Ce serait construit dans la marge de recul, alors c’est contraire aux règlements et ce serait sur les plans approuvés par la Ville.»

Courtière immobilière oeuvrant dans le domaine depuis 30 ans, Louise Labrie a remis à la greffière de la Ville des photos et une copie du courriel expédié à l’attention du maire cinq jours plus tôt, où elle lui demandait d’intervenir rapidement pour constater les manquements et y apporter les correctifs appropriés.

Réaction

D’entrée de jeu, Marc Demers a mentionné à son interlocutrice qu’il n’avait «pas pris connaissance encore» de son courriel, avant d’ajouter: «On va y répondre et on va faire faire les vérifications auprès de l’urbanisme [pour voir] si tout est en règle. Quand ce n’est pas en règle, on n’hésite pas à signifier et s’il le faut arrêter les projets.»

Rappel des faits

Ce chantier a suscité la controverse dès sa mise en chantier.

Au conseil municipal de juillet 2017, une dizaine de citoyens habitant majoritairement Le Maritime étaient venus exprimer leur grogne à la période de questions.

On reprochait, entre autres, le manque de transparence de l’administration municipale et ses différents services et l’opacité entourant ce projet de résidence pour personnes âgées.

Les citoyens y dénonçaient surtout la délivrance, le 8 juin, d’un permis autorisant une tour de 26 étages dans une zone où la Ville venait, 2 mois plus tôt, de fixer la hauteur maximale des bâtiments à 15 étages.

Le maire Demers avait alors fait valoir que la demande du promoteur, Construction Jadco, datait du 19 décembre 2016, tout en martelant que la Ville ne pouvait refuser un permis de construction si, au moment de son dépôt, la demande est conforme aux règlements de zonage. 

En entrevue au Courrier Laval en octobre 2017, François Brochu, alors porte-parole du cabinet du maire, réaffirmait que le projet respectait tous les règlements municipaux.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page