Connectez-vous à nous

Elle accouche à la maison

Communauté

Elle accouche à la maison

Rafca Kanaan était loin de se douter de la manière dont elle allait mettre au monde son 2e fils, Angelo. Ce fut toute une surprise, pour cette résidente de Chomedey de donner naissance à la maison et deux semaines et demie avant terme.

«Quelques jours avant, mon mari me disait « Tu vas avoir une grosse surprise pour la Saint-Valentin »», se souvient celle qui a accouché le 14 février.

L’épisode a commencé la veille au soir. «J’ai senti des douleurs en faisant la vaisselle, mais elles étaient tellement espacées que je ne me suis pas inquiétée. Puis, à l’hôpital, ils m’avaient dit de venir si les contractions étaient aux cinq minutes ou que je perdais les eaux», confie la femme de 36 ans, infirmière à l’Hôpital général juif. Inquiet, son mari qui travaillait de nuit ce soir-là, hésite à laisser sa conjointe seule à la maison. «Mais je lui ai dit d’aller travailler, car je me sentais mieux.»

Mémorable nuit

Mais, au fil des heures, les douleurs se sont accentuées et rapprochées.

«À 4h30, l’intensité a augmenté, j’ai envoyé un message à mon mari et je criais tellement que mon plus vieux s’est réveillé, se souvient-elle. Les minutes qui suivirent furent les pires de ma vie.»

Dès son arrivée, M. Kanaan a pris les choses en main. «Il a appelé le 911 et ils lui ont demandé de vérifier ma situation. Moi, j’avais peur, car mon mari ne connaît rien au corps humain, il n’est pas du tout domaine médical.» Et pourtant, Rafca Kanaan reconnaît que c’est plutôt elle qui était paniquée et son conjoint calme.

«Puis mon mari m’a dit qu’il voyait la tête, là encore tout calmement. J’ai pris la chance de pousser une seule fois et j’ai entendu un cri», relate-t-elle. Un soulagement pour la Lavalloise d’origine libanaise. «Je suis tellement fière de mon mari et à la fois surprise, il était tellement calme, il suivait les consignes du 911, il est même allé réchauffer des serviettes pour moi et le bébé.»

En santé

Une dizaine de minutes après la naissance d’Angelo, les ambulanciers ont vérifié ses signes vitaux avant d’amener la petite famille à l’hôpital.

«Je voulais absolument aller à l’Hôpital général juif et après m’avoir examiné, mon médecin, également collègue, a dit à mon mari de réclamer des honoraires au gouvernement comme il avait tout fait», conclut la maman.

Après trois jours à l’hôpital, la famille a pu rentrer avec le nouveau venu, Angelo, un bébé en santé de 3,180 kg.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Communauté

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page