Connectez-vous à nous

Diane Hameury prend sa retraite

Actualités

Diane Hameury prend sa retraite

Journaliste bien connue des milieux sportifs et communautaires, experte émérite de la géographie de l’île Jésus dans ses coins les plus reculés, grande défenderesse de la langue française et rigueur d’une information toujours juste, Diane Hameury a pris sa retraite le 18 mai, après une carrière de 29 ans dans l’Information, dont 20 passés au Courrier Laval.

Commentaires

Au moment de se retirer, Diane Hameury occupait le poste de rédactrice en chef depuis avril 2000.

Diplômée en communications de l’Université Concordia, en 1988, la Lavalloise de Duvernay a débuté en tant que maquettiste pour l’hebdomadaire local, avant de devenir agente d’information pour l’organisation des Jeux du Québec de Laval, à l’été 1991.

Par la suite, après des séjours dans Lanaudière, dont L’Artisan et l’Hebdo Rive-Nord, Diane Hameury est revenue au Courrier Laval par la grande porte, à la tête des Éditions de quartier, avant de voir son poste se modifier pour englober l’ensemble des plateformes du média publié depuis 74 ans sur l’île Jésus.

Apôtre de la proximité

«De revenir à Laval, chez nous, c’était le jackpot! s’exclame la passionnée de golf et jardinage. Je voulais absolument travailler pour le Courrier Laval, et là, c’était d’autant plus excitant que je m’attelais à un nouveau produit, un nouveau défi. Je connaissais déjà l’ensemble des bureaux municipaux et pas mal de monde. C’était l’apothéose.»

Diane Hameury a savouré chaque seconde d’une information cueillie au plus près des préoccupations et actions provenant de citoyens impliqués dans leur secteur.

Toutefois, cette amoureuse de l’œuvre d’Elvis Presley garde comme plus précieux souvenir sa rencontre avec le meilleur ami du King du rock, Joe Esposito, le mentor du chanteur Tony Gattillo qu’elle interviewait pour un spectacle en ville, en septembre 2012.

«Sinon, ma rencontre avec Philippe Couillard, en mars 2017, quand il avait affirmé que l’autoroute 19 se ferait, restera gravé dans ma mémoire, tout comme celle du lanceur des Dodgers de Los Angeles, Éric Gagné, durant mes années à Repentigny. C’était impressionnant de voir un gars de la place s’être rendu loin dans le baseball majeur.»

Maintenant, Diane Hameury garde les yeux ouverts et oreilles ouvertes. Qui sait quand on sait que les Jeux du Québec seront de retour à Laval en 2020.

Au moment de se retirer, Diane Hameury occupait le poste de rédactrice en chef depuis avril 2000.

Diplômée en communications de l’Université Concordia, en 1988, la Lavalloise de Duvernay a débuté en tant que maquettiste pour l’hebdomadaire local, avant de devenir agente d’information pour l’organisation des Jeux du Québec de Laval, à l’été 1991.

Par la suite, après des séjours dans Lanaudière, dont L’Artisan et l’Hebdo Rive-Nord, Diane Hameury est revenue au Courrier Laval par la grande porte, à la tête des Éditions de quartier, avant de voir son poste se modifier pour englober l’ensemble des plateformes du média publié depuis 74 ans sur l’île Jésus.

Apôtre de la proximité

«De revenir à Laval, chez nous, c’était le jackpot! s’exclame la passionnée de golf et jardinage. Je voulais absolument travailler pour le Courrier Laval, et là, c’était d’autant plus excitant que je m’attelais à un nouveau produit, un nouveau défi. Je connaissais déjà l’ensemble des bureaux municipaux et pas mal de monde. C’était l’apothéose.»

Diane Hameury a savouré chaque seconde d’une information cueillie au plus près des préoccupations et actions provenant de citoyens impliqués dans leur secteur.

Toutefois, cette amoureuse de l’œuvre d’Elvis Presley garde comme plus précieux souvenir sa rencontre avec le meilleur ami du King du rock, Joe Esposito, le mentor du chanteur Tony Gattillo qu’elle interviewait pour un spectacle en ville, en septembre 2012.

«Sinon, ma rencontre avec Philippe Couillard, en mars 2017, quand il avait affirmé que l’autoroute 19 se ferait, restera gravé dans ma mémoire, tout comme celle du lanceur des Dodgers de Los Angeles, Éric Gagné, durant mes années à Repentigny. C’était impressionnant de voir un gars de la place s’être rendu loin dans le baseball majeur.»

Maintenant, Diane Hameury garde les yeux ouverts et oreilles ouvertes. Qui sait quand on sait que les Jeux du Québec seront de retour à Laval en 2020.

 

 

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page