Connectez-vous à nous

Des jeunes de Laval Junior Academy parlent de santé mentale

Actualités

Des jeunes de Laval Junior Academy parlent de santé mentale

ÉDUCATION. Accompagnés par l’enseignante Lee-Ann Sacks, une dizaine d’élèves de l’école Laval Junior Academy ont décidé de donner au suivant.

Commentaires

Ils ont fait de la sensibilisation pour la maladie mentale au Carrefour Laval, le 12 mai, de 11h à 14h, et ont remis un dépliant bilingue parlant de santé mentale.

Cet événement a permis aux élèves et enseignants de démontrer leur engagement et le plan d’action mis en place pour sensibiliser la population à leur cause.    

Cadillac Fairview (CF) et le mouvement UNIS collaborent étroitement pour aider les écoles à élaborer des plans d’action pour améliorer leur collectivité.

Une voix

L’enseignante Lee-Ann Sacks souligne que le mouvement UNIS leur a donné une voix. «Si Malala Yousafzai a pu faire un changement dans le monde, nous aussi nous pouvons en faire un dans notre communauté.»

Notons que Malala Yousafzai, est un symbole de la lutte pour l’éducation des filles contre les talibans. Elle a reçu plusieurs distinctions internationales à la suite de ses prises de position alors que les talibans locaux interdisaient aux filles de fréquenter l’école. Elle a reçu le Prix Nobel de la paix en 2014.

En parler

«La guérison passe par la parole» est le thème choisi. Mme Sacks est d’ailleurs convaincu de l’importance de parler de santé mentale.

«Nous sommes ici pour convaincre les gens à parler, insiste-t-elle.

Nous avons opté pour la santé mentale, car plusieurs élèves connaissent tous quelqu’un qui souffre en silence. Pourquoi certaines personnes n’ont pas la même joie de vivre?»

Pour sa part, Ahmed El-Omri-Alaoui, élève en deuxième secondaire, affirme qu’il était important pour lui de participer à cette activité, même si aucun membre de sa famille ne souffre de maladie mentale. «La santé mentale a un impact majeur et cause des dommages aux personnes atteintes. Tout le monde peut être concerné. On ne sait jamais quand ce sera notre tour d’avoir des problèmes.»

C’est avec le sourire qu’Ahmed a distribué les dépliants. «Ça vaut la peine de supporter cette cause.»

Les jeunes remettent un dépliant sur la santé mentale et porte-clé aux ceux qui magasinent.
Les jeunes remettent un dépliant sur la santé mentale et porte-clé aux ceux qui magasinent.  ©Photo – Sylvain Lamarre

Ils ont fait de la sensibilisation pour la maladie mentale au Carrefour Laval, le 12 mai, de 11h à 14h, et ont remis un dépliant bilingue parlant de santé mentale.

Cet événement a permis aux élèves et enseignants de démontrer leur engagement et le plan d’action mis en place pour sensibiliser la population à leur cause.    

Cadillac Fairview (CF) et le mouvement UNIS collaborent étroitement pour aider les écoles à élaborer des plans d’action pour améliorer leur collectivité.

Une voix

L’enseignante Lee-Ann Sacks souligne que le mouvement UNIS leur a donné une voix. «Si Malala Yousafzai a pu faire un changement dans le monde, nous aussi nous pouvons en faire un dans notre communauté.»

Notons que Malala Yousafzai, est un symbole de la lutte pour l’éducation des filles contre les talibans. Elle a reçu plusieurs distinctions internationales à la suite de ses prises de position alors que les talibans locaux interdisaient aux filles de fréquenter l’école. Elle a reçu le Prix Nobel de la paix en 2014.

En parler

«La guérison passe par la parole» est le thème choisi. Mme Sacks est d’ailleurs convaincu de l’importance de parler de santé mentale.

«Nous sommes ici pour convaincre les gens à parler, insiste-t-elle.

Nous avons opté pour la santé mentale, car plusieurs élèves connaissent tous quelqu’un qui souffre en silence. Pourquoi certaines personnes n’ont pas la même joie de vivre?»

Pour sa part, Ahmed El-Omri-Alaoui, élève en deuxième secondaire, affirme qu’il était important pour lui de participer à cette activité, même si aucun membre de sa famille ne souffre de maladie mentale. «La santé mentale a un impact majeur et cause des dommages aux personnes atteintes. Tout le monde peut être concerné. On ne sait jamais quand ce sera notre tour d’avoir des problèmes.»

C’est avec le sourire qu’Ahmed a distribué les dépliants. «Ça vaut la peine de supporter cette cause.»

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page