Connectez-vous à nous

Des citoyens mécontents s’expriment

Actualités

Des citoyens mécontents s’expriment

LAVAL-DES-RAPIDES. Le nombre de cases de stationnement, la circulation, la location du gymnase et l’aménagement du parc semblent causer de l’inquiétude auprès de certains résidents concernant le projet de construction d’une école primaire au parc de Cluny.

Commentaires

Près de 100 personnes ont d’ailleurs assisté à une rencontre d’information et consultation du projet, le 15 janvier, à l’école Léon-Guilbault. La Ville et la Commission scolaire de Laval (CSDL) ont informé et présenté les modalités d’implantation de la nouvelle école et du parc aux citoyens. Ces derniers ont d’ailleurs posé de nombreuses questions et ont pu s’exprimer sur le projet.

«La location du gymnase pour les organismes communautaires devrait être gratuite, mentionne Roxane Borgès-Da Silva, citoyenne engagée. On a promis de réduire les places de stationnement. On en enlèvera combien? La circulation aura l’air de quoi dans le secteur?»

De son côté, Lissette Martel, résidente du quartier depuis 10 ans, croit que le site de la future école au parc de Cluny leur a été imposé. «Tout semblait décidé d’avance sur le choix de l’emplacement de la nouvelle école, déplore l’ancienne candidate aux élections municipales avec l’Équipe Gobé. Je croyais que les citoyens auraient été écoutés.» Elle aurait aimé que la CSDL tienne un référendum.

«Un choix logique»

La Ville et la CSDL ont présenté l’analyse des différents sites en tenant compte des avantages et inconvénients: Centre de formation Compétences 2000, rue de Bois-de-Boulogne, rue Ampère, TOD Concorde et parc de Cluny. Ce dernier s’est avéré un choix logique pour les autorités en tenant compte des avantages: terrain disponible, adapté et développable rapidement. Il est situé au cœur d’un quartier familial.

Daniel Hébert, conseiller  de Marigot, s’est adressé aux citoyens en début de soirée en mentionnant que «cette décision est le résultat d’un important travail collaboratif entre la Ville et la CSDL. C’est une bonne occasion de revitaliser le parc de Cluny et de mieux répondre aux besoins des familles du quartier.»

Pour sa part, Louise Lortie, présidente de la CSDL, a précisé que cette construction répondait non seulement à un besoin pour les familles, mais qu’il s’agissait aussi d’un projet qui dynamisera le secteur.

L’école devrait ouvrir ses portes en septembre 2019. Les écoles l’Arc-en-ciel, Léon-Guilbault, Sainte-Marguerite et Marcel-Vaillancourt seront touchées par l’arrivée de cette nouvelle bâtisse dans leur secteur.

Quant au parc, il devrait pouvoir être utilisé au même moment par les résidents. Mme Borgès-Da Silva s’est dite rassurée de l’ouverture de la Ville et de la CSDL concernant l’aménagement. «Ça me réjouit de voir qu’ils veulent avoir l’opinion des citoyens pour le nouveau parc à l’école.»

Autres consultations

Deux autres rencontres citoyennes auront lieu prochainement. La soirée du 29 janvier sera consacrée à des ateliers participatifs pour l’aménagement du parc-école. Elle se tiendra au Centre de qualification professionnelle et d’entrepreneuriat de Laval,  705, chemin du Trait-Carré. La proposition d’aménagement final élaborée avec les citoyens sera dévoilée le 26 février. Pour participer à ces rencontres, les citoyens sont invités à s’inscrire au www.repensonslaval.ca/cluny.

Deuxième école

Les écoles primaires de Laval-des-Rapides sont actuellement utilisées au maximum de leur capacité et le nombre d’élèves dans le quartier est en constante augmentation. La CSDL a fait savoir qu’une deuxième école sera construite dans un avenir rapproché dans ce quartier. Mesdames Borgès-Da Silva et Martel reprochent à la Ville de discréditer certains sites. «Pourtant, un de ces sites devrait accueillir la deuxième école», font-elles remarquer.

Forages exploratoires

Enfin, la Ville a autorisé la Commission scolaire de Laval (CSDL) à effectuer des études techniques comportant notamment des forages exploratoires en géothermie au parc de Cluny, sur une superficie d’environ 15 000 mètres carrés. Ces travaux surviennent dans le cadre de l’entente de principe concernant, entre autres, l’aménagement d’une nouvelle école primaire dans le secteur. Parmi les conditions liées à cette autorisation, la CSDL devra, au printemps, remettre le terrain en état et fermer les puits de forage si le projet de construction ne se réalise pas.

Près de 100 personnes ont d’ailleurs assisté à une rencontre d’information et consultation du projet, le 15 janvier, à l’école Léon-Guilbault. La Ville et la Commission scolaire de Laval (CSDL) ont informé et présenté les modalités d’implantation de la nouvelle école et du parc aux citoyens. Ces derniers ont d’ailleurs posé de nombreuses questions et ont pu s’exprimer sur le projet.

«La location du gymnase pour les organismes communautaires devrait être gratuite, mentionne Roxane Borgès-Da Silva, citoyenne engagée. On a promis de réduire les places de stationnement. On en enlèvera combien? La circulation aura l’air de quoi dans le secteur?»

De son côté, Lissette Martel, résidente du quartier depuis 10 ans, croit que le site de la future école au parc de Cluny leur a été imposé. «Tout semblait décidé d’avance sur le choix de l’emplacement de la nouvelle école, déplore l’ancienne candidate aux élections municipales avec l’Équipe Gobé. Je croyais que les citoyens auraient été écoutés.» Elle aurait aimé que la CSDL tienne un référendum.

Voici le concept préliminaire du projet présenté aux citoyens.Voici le concept préliminaire du projet présenté aux citoyens.  ©Photo – Gracieuseté

«Un choix logique»

La Ville et la CSDL ont présenté l’analyse des différents sites en tenant compte des avantages et inconvénients: Centre de formation Compétences 2000, rue de Bois-de-Boulogne, rue Ampère, TOD Concorde et parc de Cluny. Ce dernier s’est avéré un choix logique pour les autorités en tenant compte des avantages: terrain disponible, adapté et développable rapidement. Il est situé au cœur d’un quartier familial.

Daniel Hébert, conseiller  de Marigot, s’est adressé aux citoyens en début de soirée en mentionnant que «cette décision est le résultat d’un important travail collaboratif entre la Ville et la CSDL. C’est une bonne occasion de revitaliser le parc de Cluny et de mieux répondre aux besoins des familles du quartier.»

Pour sa part, Louise Lortie, présidente de la CSDL, a précisé que cette construction répondait non seulement à un besoin pour les familles, mais qu’il s’agissait aussi d’un projet qui dynamisera le secteur.

L’école devrait ouvrir ses portes en septembre 2019. Les écoles l’Arc-en-ciel, Léon-Guilbault, Sainte-Marguerite et Marcel-Vaillancourt seront touchées par l’arrivée de cette nouvelle bâtisse dans leur secteur.

Quant au parc, il devrait pouvoir être utilisé au même moment par les résidents. Mme Borgès-Da Silva s’est dite rassurée de l’ouverture de la Ville et de la CSDL concernant l’aménagement. «Ça me réjouit de voir qu’ils veulent avoir l’opinion des citoyens pour le nouveau parc à l’école.»

Autres consultations

Deux autres rencontres citoyennes auront lieu prochainement. La soirée du 29 janvier sera consacrée à des ateliers participatifs pour l’aménagement du parc-école. Elle se tiendra au Centre de qualification professionnelle et d’entrepreneuriat de Laval,  705, chemin du Trait-Carré. La proposition d’aménagement final élaborée avec les citoyens sera dévoilée le 26 février. Pour participer à ces rencontres, les citoyens sont invités à s’inscrire au www.repensonslaval.ca/cluny.

Deuxième école

Les écoles primaires de Laval-des-Rapides sont actuellement utilisées au maximum de leur capacité et le nombre d’élèves dans le quartier est en constante augmentation. La CSDL a fait savoir qu’une deuxième école sera construite dans un avenir rapproché dans ce quartier. Mesdames Borgès-Da Silva et Martel reprochent à la Ville de discréditer certains sites. «Pourtant, un de ces sites devrait accueillir la deuxième école», font-elles remarquer.

Forages exploratoires

Enfin, la Ville a autorisé la Commission scolaire de Laval (CSDL) à effectuer des études techniques comportant notamment des forages exploratoires en géothermie au parc de Cluny, sur une superficie d’environ 15 000 mètres carrés. Ces travaux surviennent dans le cadre de l’entente de principe concernant, entre autres, l’aménagement d’une nouvelle école primaire dans le secteur. Parmi les conditions liées à cette autorisation, la CSDL devra, au printemps, remettre le terrain en état et fermer les puits de forage si le projet de construction ne se réalise pas.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page