Connectez-vous à nous

Des analystes de la commission Charbonneau sous contrat à Laval

lidl opening times today

Actualités

Des analystes de la commission Charbonneau sous contrat à Laval

CONTRATS PUBLICS. Dans sa quête visant à récupérer des centaines de millions de dollars de fonds publics payés en trop sous le règne de l’ex-maire Gilles Vaillancourt, accusé de gangstérisme, l’administration Demers annonce l’embauche de six analystes de haut niveau, dont quatre ont fait partie de l’équipe d’enquête de la Commission sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction.

Commentaires

Au cours des six prochains mois, cette équipe formée de juricomptables et policiers enquêteurs aura pour principales tâches de scruter l’adjudication, l’attribution et la gestion de l’ensemble des contrats que la Ville a octroyés depuis 1996.

«Il s’avère opportun d’étendre cette démarche à tous les fournisseur de biens et services qui ont attiré notre attention depuis les derniers 20 ans. Or, on ne se limitera pas à l’industrie de la construction», a déclaré le maire Marc Demers lors d’un point de presse à l’hôtel de ville, le 17 février.

C’est à la suite d’une analyse préliminaire et à la lumière de certains témoignages recueillis notamment auprès d’employés que la Ville a choisi d’entreprendre cette nouvelle étape dans la chasse aux millions. Un montant de 380 000 $ y est alloué.

6 milliards en contrat

Si ce type de travail a déjà été fait en ce qui a trait aux mandats professionnels accordés aux firmes de génie-conseil et aux contrats que les entreprises en construction ont obtenus depuis 1996, la Ville étend cette fois la traque à tous les autres secteurs d’activité.

Considérant que la Ville octroie bon an mal ans pour 300 M$ en contrats publics, il se serait transigé pour l’équivalent de 6 milliards de dollars au cours de la période sous enquête.

Lancée en 2014, une première analyse fouillée avait permis d’établir à 20 % la surfacturation pour les contrats publics que se partageaient, depuis au moins 1996 à Laval, les firmes soupçonnés ou accusés d’avoir participé aux cartels d’entrepreneurs et d’ingénieurs.

Par extrapolation, cette surfacturation représenterait une somme astronomique de 1,2 milliard de dollars payée injustement si elle s’était appliquée sur l’ensemble des contrats municipaux pendant 20 ans.

Premiers fruits

Ainsi, les 480 000 premiers dollars investis dans la recherche de preuves ont conduit, l’été dernier, à l’envoi de quelque 200 mises en demeure à autant de collusionnaires.

Puis, quelques mois plus tard, la Ville engageait une première poursuite au civil de 12,8 M$ contre l’entreprise de construction Nepcon, ses deux dirigeants et actionnaires, Ronnie et Rose Mergl, deux anciens hauts dirigeants de la Ville de Laval, Claude Asselin et Claude Deguise, et le maire déchu Gilles Vaillancourt.

Un précédent

Sous la supervision du directeur du Service du contentieux à la Ville, Patrice Guay, l’équipe d’analystes nouvellement formée se penchera sur des appels d’offres, contrats et conditions de leur octroi afin de déterminer s’il pourrait y avoir eu malversation.

Le cas échéant, la Ville encouragera les entreprises et personnes physiques en faute à participer au programme de remboursement volontaire prévu à la Loi 26, visant principalement la récupération de sommes payées injustement à la suite de fraudes ou de manœuvres dolosives dans le cadre de contrats publics.

La Ville de Laval devient ainsi la première municipalité au Québec à passer au peigne fin les contrats et mandats accordés à l’ensemble de ses fournisseurs de biens et services, et ce, depuis 20 ans.

«Je suis certain que ces travaux seront profitables pour les contribuables lavallois», a indiqué le maire Marc Demers, rappelant que quiconque souhaite entrer en contact avec le Bureau d’intégrité et d’éthique de Laval (BIEL) peut le faire de façon confidentielle en téléphonant au 450 575-BIEL (2435) ou en écrivant à biel@laval.ca.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page