Connectez-vous à nous

David De Cotis déplace des centaines de partisans

Actualités

David De Cotis déplace des centaines de partisans

ÉLECTIONS. C’est devant une salle partisane comble que le maire suppléant, David De Cotis, a lancé sa campagne électorale dans un centre de congrès de Chomedey, le 28 août au soir.

Commentaires

Sa conjointe Isabelle Piché avec qui il a fondé le Mouvement lavallois en 2008, le chef du parti et maire de Laval, Marc Demers, la directrice générale de la Société Alzheimer Laval, Lise Lalande, et le député libéral de Vimont, Jean Rousselle, l’ont précédé à la tribune pour faire son éloge.

Témoignages

M. Demers a souligné la capacité de son conseiller de St-Bruno à mobiliser les gens autour de lui et salué le courage de celui qui a fait sa première campagne en 2009.

«Il a été un des premiers citoyens à se lever debout pour dénoncer les pratiques à l’époque. Il s’est battu contre le pouvoir établi. On a tenté de l’intimider, le menacer, mais il s’est toujours tenu debout […] Laval lui doit beaucoup.»

M. De Cotis, qui sollicite un second mandat, cumule depuis bientôt quatre ans d’importantes responsabilités en matière politique, économique et de transport.

Ses nominations à la vice-présidence du comité exécutif de la Ville, à la présidence de la Société de transport de Laval (STL) et à la présidence et direction générale de l’organisme de développement économique jusqu’à sa complète intégration à l’appareil municipal en 2015 ne l’ont pas changé d’un iota, a insisté son épouse. «Il a toujours gardé les pieds sur terre.»

Parlant au nom de la Société Alzheimer Laval, Mme Lalande a pour sa part encensé M. De Cotis, soulignant à grands traits, entre autres, «son engagement pour la cause de l’Alzheimer qui témoigne aussi de sa compassion et de la haute importance qu’il accorde au mieux-être des membres de sa communauté».

Quant à Jean Rousselle, qui a grandi dans la paroisse de St-Bruno, il a parlé de son conseiller municipal comme d’«un ami» qui faisait de la politique pour les bonnes raisons.

Parmi les nombreux supporteurs venus appuyer la candidature du numéro 2 de l’administration Demers, il y avait également le député libéral fédéral d’Alfred-Pellan, Angelo Iacono.

Bilan

Quarante minutes plus tard, ce fut au tour de M. De Cotis de prendre la parole pour évoquer quelques-unes des principales réalisations de son parti, dont celles d’avoir «mis fin au désordre» et «redonné la ville aux Lavallois».

Il a aussi fait valoir que Laval est «la seule ville en Amérique du Nord à offrir le transport gratuit pour les aînés sans aucune restriction, sept jours par semaine» et la seule municipalité au Québec à avoir récupéré des millions de dollars détournés par les corrupteurs et corrompus.

Enfin, à une échelle plus locale, il a mentionné que la Ville construira au parc de Lausanne le centre communautaire que les résidents de St-Bruno réclamaient depuis 1993.

Sa conjointe Isabelle Piché avec qui il a fondé le Mouvement lavallois en 2008, le chef du parti et maire de Laval, Marc Demers, la directrice générale de la Société Alzheimer Laval, Lise Lalande, et le député libéral de Vimont, Jean Rousselle, l’ont précédé à la tribune pour faire son éloge.

Témoignages

M. Demers a souligné la capacité de son conseiller de St-Bruno à mobiliser les gens autour de lui et salué le courage de celui qui a fait sa première campagne en 2009.

«Il a été un des premiers citoyens à se lever debout pour dénoncer les pratiques à l’époque. Il s’est battu contre le pouvoir établi. On a tenté de l’intimider, le menacer, mais il s’est toujours tenu debout […] Laval lui doit beaucoup.»

M. De Cotis, qui sollicite un second mandat, cumule depuis bientôt quatre ans d’importantes responsabilités en matière politique, économique et de transport.

Ses nominations à la vice-présidence du comité exécutif de la Ville, à la présidence de la Société de transport de Laval (STL) et à la présidence et direction générale de l’organisme de développement économique jusqu’à sa complète intégration à l’appareil municipal en 2015 ne l’ont pas changé d’un iota, a insisté son épouse. «Il a toujours gardé les pieds sur terre.»

Parlant au nom de la Société Alzheimer Laval, Mme Lalande a pour sa part encensé M. De Cotis, soulignant à grands traits, entre autres, «son engagement pour la cause de l’Alzheimer qui témoigne aussi de sa compassion et de la haute importance qu’il accorde au mieux-être des membres de sa communauté».

Quant à Jean Rousselle, qui a grandi dans la paroisse de St-Bruno, il a parlé de son conseiller municipal comme d’«un ami» qui faisait de la politique pour les bonnes raisons.

Parmi les nombreux supporteurs venus appuyer la candidature du numéro 2 de l’administration Demers, il y avait également le député libéral fédéral d’Alfred-Pellan, Angelo Iacono.

Bilan

Quarante minutes plus tard, ce fut au tour de M. De Cotis de prendre la parole pour évoquer quelques-unes des principales réalisations de son parti, dont celles d’avoir «mis fin au désordre» et «redonné la ville aux Lavallois».

Il a aussi fait valoir que Laval est «la seule ville en Amérique du Nord à offrir le transport gratuit pour les aînés sans aucune restriction, sept jours par semaine» et la seule municipalité au Québec à avoir récupéré des millions de dollars détournés par les corrupteurs et corrompus.

Enfin, à une échelle plus locale, il a mentionné que la Ville construira au parc de Lausanne le centre communautaire que les résidents de St-Bruno réclamaient depuis 1993.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page