Connectez-vous à nous

Coupures à la CSDL

Communauté

Coupures à la CSDL

Les dépenses administratives, le transport scolaire, le programme musical et le soutien aux élèves handicapés ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage (HDAA) sont les secteurs qui seront touchés par les réductions envisagées par la Commission scolaire de Laval (CSDL) pour combler un manque à gagner de 6 M$, occasionné par la réduction de différents crédits.

Les parents ont pris connaissance de ces mesures dans une lettre datée du 27 janvier signée par la présidente, Louise Lortie, et le directeur général, Jean-Pierre Aubin. En entrevue, ils rappellent que le pourcentage du budget consacré aux dépenses administratives n’est que de 4,4 %, alors que la loi permet un maximum de 8,3 %.

«Les sommes dégagées au niveau administratif nous ont permis d’investir 2 M$ de plus pour le transport scolaire et 14 M$ de plus aux élèves HDAA que le financement du ministère de l’Éducation. Ces choix mettaient une pression sur les services centralisés, mais ça nous permettait de donner un service plus aux élèves», explique Louise Lortie.

Tout en comprenant et respectant les objectifs d’équilibre budgétaire du gouvernement provincial, les dirigeants ont fait valoir aux députés qu’il serait possible de couper autrement.

Transport

Dès la rentrée, les élèves du primaire devront marcher davantage. Pour être admissible au transport scolaire, il faudra habiter à plus de 1,6 km de l’école (800 mètres au préscolaire). Les marcheurs qui voudront bénéficier d’une place disponible dans l’autobus devront débourser 315 $ annuellement.

Des frais de 350 $ seront exigés aux élèves qui fréquentent les écoles alternatives, l’École d’éducation internationale et le programme musical des écoles Des Cèdres, Marcel-Vaillancourt, Poly-Jeunesse, Curé-Antoine-Labelle et Mont-de-La Salle.

M. Aubin précise que les jeunes inscrits au programme Sport-études ne seront pas touchés.

Dans son rapport 2010-2011, le vérificateur général avait notamment fait ressortir que contrairement à d’autres commissions scolaires, la CSDL n’exigeait pas de frais et que les écoliers lavallois avaient les plus courtes distances de marche parmi les commissions scolaires analysées. Il jugeait que le transport actif des jeunes devait être encouragé.

Une consultation sur le transport scolaire a été lancée cet automne. S’agissait-il d’une opération bidon? «Non», répond la présidente, tout en précisant que la CSDL «ne bougera pas» au sujet des frais de 350 $. La consultation se terminera en mars.

HDAA

Dans le cas des élèves HDAA, la CSDL réévaluera les services offerts aux élèves intégrés dans des classes régulières, ceux en classes spécialisées et l’encadrement dont ils bénéficient le midi. Les dirigeants affirment que la CSDL travaillera avec le comité consultatif des services aux élèves handicapés et en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage afin de «voir quelle pratique est la plus profitable».

«Ce n’est pas un exercice bêtement mathématique, assure Jean-Pierre Aubin. Il faut revoir les pratiques pour s’assurer que les services sont offerts selon les besoins et les capacités de ces élèves. Malgré tout, le service sera plus élevé à Laval que la moyenne.»

Le président du Syndicat du personnel de soutien en éducation (SPSÉ-CSQ), Yves Brouillette, explique que ces coupures pourraient avoir un impact sur les techniciens en éducation spécialisée, les préposés pour les élèves handicapés et les éducateurs en service de garde qui accompagnent cette clientèle après les heures de classe. «On connaîtra l’étendue des dégâts lors du dépôt des effectifs au début du mois de mai», dit-il.

Les compressions ne touchent pas le nombre de professionnels puisque la CSDL reçoit un financement pour ces postes. Ce n’est pas le cas des techniciens en éducation spécialisée que la CSDL avait choisi d’engager dans chacune de ses 161 classes spécialisées.

Musique

À partir de l’an prochain, la CSDL cherchera des pistes de solutions afin que le programme musical s’autofinance à partir de la rentrée 2013-2014. Présentement, la CSDL débourse 500 000 $ pour ce programme. La présidente fait observer que depuis quelques années, les programmes alternatifs et d’éducation internationale s’autofinancent.

Service de garde

La CSDL ira chercher 400 000 $ dans les poches des services de garde. «Depuis cinq ans, nous n’avons pas augmenté leur quote-part pour le chauffage, les payes… Ils ont une marge. Plusieurs sont en surplus», note le directeur général.

Réactions

Plusieurs parents ont contacté le Courrier Laval pour décrier les frais qui leur seront exigés et la diminution des services pour les HDAA. Une mère écrit: «Je vous rappelle qu’ils sont handicapés. Ils ont besoin de tous ces services dès leur plus jeune âge afin d’être en mesure d’évoluer dans notre monde.» Elle s’inquiète également sur la pression qu’occasionneront les suppressions de postes sur les enseignants de ces classes spécialisées. «Je regrette qu’au lieu d’être à l’avant-garde, on soit obligé de niveler par le bas, déplore M. Brouillette, du SPSÉ-CSQ. Le gouvernement coupe de la même façon sans prendre en compte les situations de chaque commission scolaire.»

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Communauté

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page