Connectez-vous à nous

Cirque médiatique à l’école Saint-Maxime

Faits divers

Cirque médiatique à l’école Saint-Maxime

La tension qui a dégénéré, les 9 et 11 février, en affrontements entre la police et les étudiants de l’école secondaire Saint-Maxime, à Chomedey, était plutôt absente, à l’heure du midi, le 12 février. Qu’à cela ne tienne, caméras et journalistes étaient présents, prêts à croquer sur le vif un dérapage qui n’a jamais eu lieu.

Commentaires

Le seul événement digne de mention a été créé par les médias eux-mêmes. Des dizaines d’adolescents surexcités se sont agglutinés autour des appareils photo et des caméras de télévision. Plusieurs se prenaient en photo à l’aide de leur cellulaire, aux côtés du camion de LCN, stationné à côté de l’école.

Surveillance discrète

«On aurait aimé qu’il y ait moins de journalistes», admet Jean-Pierre Archambault, directeur des communications à la Commission scolaire de Laval. La présence médiatique elle-même peut créer une tension, voire un désir de provoquer une situation digne d’être rapportée par les journalistes, laisse-t-il entendre.

Le son de cloche est le même du côté de la police de Laval. Le lieutenant Daniel Guérin, du module des Affaires publiques, a indiqué que seules deux voitures de police banalisées étaient sur place à l’heure du midi, le 12. Il s’agissait d’une mesure préventive, assure-t-il.

La situation sera réévaluée afin d’établir s’il est pertinent de maintenir une surveillance policière autour de l’école, la semaine prochaine.

Bagarre et arrestation

Les affrontements des 9 et 11 février ne sont pas banals. Une bagarre entre deux groupes a provoqué un attroupement autour d’un véhicule de police, le 9.

Le même scénario s’est répété, en plus intense, le 11 février, après l’arrestation d’un jeune qui a flanqué un coup de pied dans une voiture de police. L’incident a dégénéré au point qu’une vingtaine de policiers casqués et armés de matraques ont été déployés. «Le jeune qui a été arrêté n’est pas un jeune de l’école», note Jean-Pierre Archambault. Les jeunes qui voient des policiers et une arrestation, ça les énerve.»

La surveillance policière, déjà amorcée lorsque la situation a dégénéré le 9, avait été réclamée par la direction de l’école, confirme M. Archambault. «On avait des informations à l’effet que ça pouvait brasser. Dans ce temps-là, on met des moyens en place», dit-il.

Rumeurs

La machine à rumeurs s’est emballée, cette semaine, quant à l’origine des tensions à Saint-Maxime. Conflit racial, gangs de rue… «Ça n’a rien à voir, dit Larissa Buclaci, une élève interrogée sur le trottoir menant au boulevard Lévesque. Il n’y a pas de gangs de rue, pas de fusils, pas de guerre raciale. Il y a trop de rumeurs. Moi, ça me blesse, ça fait une mauvaise réputation à l’école.» Ses deux amis ont hoché la tête en signe d’approbation, quand elle a affirmé que Saint-Maxime, «c’est pas la pire école. Les jeunes se font influencer, comme ailleurs».

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Faits divers

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page