Connectez-vous à nous
Rebel est le chien accompagnateur qui supporte émotionnellement les personnes anxieuses au moment de leur vaccination. (Photo 2M.Media - Phoeby Laplante)

COVID-19

Chien accompagnateur au centre de vaccination du CISSS de Laval

Depuis les derniers mois, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de Laval a décidé d’utiliser la zoothérapie dans son centre de vaccination pour les personnes au tempérament anxieux qui ont peur des aiguilles.

Dans le but de préparer la vaccination des 5 à 11 ans, le CISSS de Laval a accueilli Rebel, un chien accompagnateur en soutien émotionnel à l’intérieur de son centre de vaccination de masse.

À ce jour, plus d’une centaine de personnes sont allées se faire vacciner pour la COVID-19 aux côtés de Rebel.

Le support de Rebel

Au départ, le CISSS de Laval désirait instaurer la zoothérapie pour une autre clientèle que celle des jeunes enfants.

«À la base, on a intégré le service de zoothérapie pour les personnes réticentes à aller se faire vacciner et les plus anxieux, mais on s’est aussi rendu compte que la zoothérapie est bénéfique pour les enfants», explique Isabelle Parent, directrice de la vaccination contre la COVID pour le CISSS de Laval.

Maintenant, ce sont les petits et grands qui peuvent être accompagnés par Rebel pour être rassurés. Seule exigence: répondre aux critères d’anxiété face au vaccin.

D’un autre côté, les cliniques mobiles se sont davantage développées partout sur le territoire de Laval au cours des derniers mois.

«On est rendu à cinq cliniques éphémères par jour, souligne Isabelle Parent. On est ouvert 7 jours sur 7 au Carrefour Laval et on a développé au Centre Laval ainsi que dans les parcs.»

Avec le soutien du centre communautaire Le Relais, les cliniques mobiles pourront se faire à l’intérieur durant la période hivernale.

«On a aussi une belle collaboration avec les entreprises d’ici pour rejoindre leurs employés non vaccinés», d’ajouter Mme Parent.

Centre plus coloré

En plus de la présence de Rebel aux côtés des gens les plus anxieux, les murs des zones de vaccination ont été décorés afin de donner un peu de personnalité, mais aussi d’apporter un côté plus chaleureux pour les enfants.

«L’idée vient d’abord du ministère [de la Santé] qui nous a demandé de proposer un environnement moins médical et plus chaleureux pour les enfants, observe Isabelle Parent. On a décidé de les installer nous-même, Je suis très satisfaite du résultat.»

Le CISSS de Laval attend désormais l’autorisation du gouvernement du Québec pour la vaccination des 5 à 11 ans, sachant que les prochaines cibles de vaccination dépendront des déclarations de la Santé publique et des ministères.

Commentaires

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page