Connectez-vous à nous

Centraide verse 2,5 M$ aux organismes lavallois

Actualités

Centraide verse 2,5 M$ aux organismes lavallois

COMMUNAUTAIRE. Centraide du Grand Montréal a décidé d’investir dans la communauté en remettant la somme de 2,5 M$ à 26 organismes de Laval, en 2017-18, afin de répondre aux enjeux sociaux de ce territoire.

Commentaires

Les quartiers se transforment et le visage de la pauvreté change. Rappelons que 13 % des personnes vivent avec un faible revenu à Laval, des taux qui grimpent à 19 % à Pont-Viau/Laval-des-Rapides et 20 % dans Chomedey.

Quatre volets

Cet investissement vise à poursuivre la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale à Laval en intervenant dans les champs d’action suivants: soutenir la réussite des jeunes, assurer l’essentiel, briser l’isolement social et bâtir des milieux de vie rassembleurs.

«Laval fait face à diverses réalités et enjeux de pauvreté, assure Lili-Anna Pereša, présidente et directrice générale de Centraide du Grand Montréal lors d’un point de presse le 7 juin. En y investissant de façon proactive et stratégique, nous visons un impact concret et à long terme sur les conditions de vie des gens.

«Centraide du Grand Montréal versera 42,4 M$ dans la communauté en 2017, portant ses investissements depuis sa fondation à plus d’un milliard de dollars», ajoute-t-elle.

Croissance

De 2006 à 2011, la croissance de la population immigrante a été trois fois plus importante à Laval qu’à Montréal (31% contre 9 %). Laval figure d’ailleurs au deuxième rang des villes québécoises qui accueillent le plus grand nombre de nouveaux arrivants, après Montréal.

Bonification

Le Relais communautaire de Laval ainsi que le Carrefour d’Intercultures de Laval se partageront une allocation supplémentaire de 115 000 $ afin d’accueillir, orienter et accompagner ces nouveaux arrivants.

«Centraide a décidé de bonifier son financement afin de favoriser l’intégration des immigrants et des réfugiés à Laval», termine Mme Pereša.   

Cette somme permettra à Denise Ouimet, directrice générale du Relais, d’embaucher une personne à temps plein (Lana Kana An). «Ça  nous permettra d’assurer un meilleur arrimage entre les différents acteurs du milieu et de mieux soutenir l’intégration des immigrants à leur communauté d’accueil.»

Pour Carole Charvet, du Carrefour d’Intercultures, cet argent servira à offrir un service d’appoint en français pour les nouveaux arrivants.

Autre texte  à lire: Deux réfugiés syriens donnent au suivant.

Les quartiers se transforment et le visage de la pauvreté change. Rappelons que 13 % des personnes vivent avec un faible revenu à Laval, des taux qui grimpent à 19 % à Pont-Viau/Laval-des-Rapides et 20 % dans Chomedey.

Quatre volets

Cet investissement vise à poursuivre la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale à Laval en intervenant dans les champs d’action suivants: soutenir la réussite des jeunes, assurer l’essentiel, briser l’isolement social et bâtir des milieux de vie rassembleurs.

«Laval fait face à diverses réalités et enjeux de pauvreté, assure Lili-Anna Pereša, présidente et directrice générale de Centraide du Grand Montréal lors d’un point de presse le 7 juin. En y investissant de façon proactive et stratégique, nous visons un impact concret et à long terme sur les conditions de vie des gens.

«Centraide du Grand Montréal versera 42,4 M$ dans la communauté en 2017, portant ses investissements depuis sa fondation à plus d’un milliard de dollars», ajoute-t-elle.

Croissance

De 2006 à 2011, la croissance de la population immigrante a été trois fois plus importante à Laval qu’à Montréal (31% contre 9 %). Laval figure d’ailleurs au deuxième rang des villes québécoises qui accueillent le plus grand nombre de nouveaux arrivants, après Montréal.

Bonification

Le Relais communautaire de Laval ainsi que le Carrefour d’Intercultures de Laval se partageront une allocation supplémentaire de 115 000 $ afin d’accueillir, orienter et accompagner ces nouveaux arrivants.

«Centraide a décidé de bonifier son financement afin de favoriser l’intégration des immigrants et des réfugiés à Laval», termine Mme Pereša.   

Cette somme permettra à Denise Ouimet, directrice générale du Relais, d’embaucher une personne à temps plein (Lana Kana An). «Ça  nous permettra d’assurer un meilleur arrimage entre les différents acteurs du milieu et de mieux soutenir l’intégration des immigrants à leur communauté d’accueil.»

Pour Carole Charvet, du Carrefour d’Intercultures, cet argent servira à offrir un service d’appoint en français pour les nouveaux arrivants.

Autre texte  à lire: Deux réfugiés syriens donnent au suivant.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste sport et communauté

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page