Connectez-vous à nous

Bide lavallois pour Heidi Van Horny et son «gang bang»

Actualités

Bide lavallois pour Heidi Van Horny et son «gang bang»

Sachant depuis dimanche que l’événement «23 ans et 23 gars pour sa fête» prévu aujourd’hui était annulé, l’équipe de production et les gens du bar où devait se dérouler les auditions de ce «gang bang», avec Heidi Van Horny, ont décidé de surfer sur la vague médiatique suscitée par l’événement avant d’annoncer officiellement la non réalisation de ce qui a tout l’air d’un coup publicitaire.

Commentaires

Une vidéo circulant actuellement sur les réseaux sociaux confirme l’annulation de cet anniversaire où Heidi Van Horny voulait réaliser le fantasme de coucher avec 23 hommes différents pour ses 23 ans, et ce, dans un motorisé garé dans le stationnement d’un resto-bar de Chomedey.

Bar quasi désert

En quelques heures, le coup de départ ayant été annoncé pour 14h, ils auront été seulement quatre des quelque «2000 candidats» pressentis à s’être présentés sur les lieux des auditions, espérant faire partie des 23 élus. Tous de jeunes trentenaires affirmant être des habitués du milieu libertin.

Réponse féministe

L’événement fort médiatisé devait se dérouler ironiquement à un jet de pierre des locaux de la Table de concertation lavalloise en condition féminine (TCLCF).

«Cet événement illustre l’invasion de la pornographie dans l’espace public et la pression sociale exercée sur les femmes pour répondre aux désirs sexuels des hommes, d’exprimer Marie-Ève Surprenant, coordonnatrice de la TCLCF. Banaliser cet événement et le présenter comme découlant d’un choix consentant et d’un désir personnel, c’est encourager la culture du viol et les violences sexuelles envers les femmes et refuser de reconnaître l’apport important de l’industrie pornographique, extrêmement lucrative, qui exploite le corps des femmes pour des fins monétaires.»

Légal et controversé

À la police de Laval, on avait scruté la jurisprudence entourant ce type d’activité de nature sexuelle.

«Sous toutes réserves, car nos vérifications ne sont pas terminées, tout indique qu’il n’y aurait pas matière à grossière indécence, puisque rien ne serait fait à la vue du public», affirmait Frédéric Jean, du Service de police de Laval.

L’arrêt Labaye semblait donc prévaloir. En 2005, la Cour suprême du Canada avait statué que «pour qu’il y ait indécence, il doit y avoir un risque de préjudice pour les membres du public et que le club n’exposait pas le public à une exposition involontaire à la conduite sexuelle en cause et ne posait donc pas de danger pour le public».

L’accusation visait un club échangiste, soit un lieu fermé où agissaient des personnes majeures et avisées, tout comme ce devait être le cas pour cette fête bien spéciale annoncée par Heidi Van Horny et son équipe.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page