Connectez-vous à nous

Bâtir un avion en 10 semaines

Actualités

Bâtir un avion en 10 semaines

La nouvelle activité du Cosmodôme Les dimanches aéro permet aux jeunes entre 10 et 14 ans de se familiariser avec les forces en œuvre lors du décollage des avions et fusées, ainsi que d’assembler et tester des prototypes de planeur.

«Le poids, la portance, poussée et traînée», répondaient presque en chœur les 14 élèves réunis dans la classe du centre scientifique en bordure de l’autoroute 15, après s’être fait demandé quelles forces agissent sur un avion en vol, le 21 octobre.

Jusqu’au dimanche 16 décembre, le premier groupe de 14 élèves prend part au programme qui reviendra périodiquement, espère Marie-Michèle Limoges, directrice du contenu scientifique au Cosmodôme.

«Ça permet d’implanter la vision du tinkering dans l’établissement, a-t-elle indiqué. On veut que ça reste.»

Le tinkering est en quelque sorte l’apprentissage en modifiant et testant un système afin de le réparer ou l’améliorer. Dès la troisième semaine, il s’agissait pour les jeunes de créer et bonifier un petit planeur fait de bois et papier.

 

L’avion de l’équipe de Liam, 10 ans, prête pour un essai. (Photo 2M.Media)

 

Défis

Le projet se déroule en partenariat avec le McGill Space Group et l’École de technologie supérieure (ÉTS).

«C’est super pour éveiller les petits à plusieurs domaines scientifiques, a indiqué Arnaud Poyeton, étudiant au baccalauréat en aérospatiale à l’ÉTS. Les écoles devraient mettre cela dans leur cursus.»

Avant le grand dévoilement des planeurs lors de la dernière séance, les participants devront réussir quelques défis.

«Le premier obligera les participants à créer un moyen de propulsion, a révélé Marie-Michèle Limoges. Quelques semaines plus tard, ils devront utiliser une boîte noire pour effectuer une manœuvre à distance.»

Intérêt

Les membres du groupe attendent avec impatience certaines activités. «Les simulateurs vont être amusants», a mentionné Annabelle, 10 ans. Il s’agit de simulateurs multiaxes qui créent une désorientation spatiale.

«J’ai hâte d’utiliser les outils sur notre prototype», a dit pour sa part Liam, 10 ans.

Les dimanches aéro ont surtout rejoint des jeunes intéressés par la science, comme Félix, 10 ans, et son intérêt marqué pour les voitures. Il a déjà dessiné un modèle et espère posséder sa propre compagnie automobile plus tard.

Commentaires

Journaliste aux transports, à la santé et à la politique provinciale et fédérale, agohierdrolet@2m.media , 450-667-4360 poste : 3527

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page