Connectez-vous à nous

Balle-molle sans son ni parole

Actualités

Balle-molle sans son ni parole

Jouer une partie de balle-molle complète avec des bouchons dans les oreilles et sans avoir le droit de parler, c’est ce qu’une quinzaine de joueurs de la ligue des Patriotes de Laval ont fait pour rendre hommage à un de leur coéquipier malentendant qui pratique le sport avec eux depuis cinq ans.

Yannick Desmet, 34 ans, joue à la balle-molle depuis maintenant 18 ans même s’il est sourd et muet. Le joueur de champ gauche et deuxième lanceur n’était pas au courant de l’événement avant d’arriver au terrain Marc-Aurèle-Fortin, à Fabreville, et de voir tous ces gens réunis au monticule pour lui rendre honneur.

Il est rapidement devenu les yeux pleins d’eau en voyant toute cette attention à son endroit. Il s’est dit à la fois touché et ébranlé. Sa femme, Maryse Duguay, a fondu en larmes lorsqu’elle a été mise au courant de l’événement quelque temps auparavant.

«J’ai pleuré de joie, , raconte celle qui en est à sa septième année au côté de Yannick. C’est vraiment une cause qui me tient à cœur. De voir que les autres joueurs l’acceptent dans l’équipe, c’est valorisant pour lui.»

Yannick Desmet quand il a appris que la partie est en son honneur. (Photo 2M.Media –Martin Deland)

L’initiative

L’idée a germé pendant deux ans dans l’esprit d’André Robitaille et François Ménard, les instigateurs de l’affaire.

«Ça fait plusieurs années qu’il joue avec nous, mentionne André Robitaille. Mais avant cette année, ça n’avait pas vraiment adonné.» Le projet a été mis en branle durant leur rencontre annuelle, au mois de juin.

André Robitaille a porté durant toute la partie, en plus des bouchons, un casque antibruit. À ce sujet, Yannick s’est dit très touché de voir qu’André comprenait ce qu’il vivait au quotidien.

«Yannick vit une réalité que, nous, on ne connaît pas», ajoute François Ménard. Ce dernier ne pouvait pas prendre part à la partie amicale en raison d’une blessure. Assis dans les estrades, M. Ménard mentionnait être heureux de voir autant de gens présents pour Yannick.

«L’événement de ce soir, ça démontre vraiment le genre de ligue qu’on est», confie le joueur de l’équipe St-Hubert. Il ne cache pas que c’est une ligue de 50 chums qui sont par contre très compétitifs quand le jeu se corse.

Le président de la ligue, Marco Lévesque, explique que l’initiative a pour but de comprendre ce que Yannick vit quand il vient jouer avec eux.

«Quand l’idée a été acceptée au comité, on a envoyé un courriel à tous les joueurs pour leur parler de l’événement, explique Marco Lévesque. Ce sont certains joueurs des cinq équipes de la ligue qui sont là pour vivre ça.»

Réactions à chaud

Ce sont donc équipés de bouchons et sans pouvoir parler que les joueurs ont sauté sur le terrain pour commencer la partie. Après seulement une manche de jouer, les joueurs étaient déstabilisés et comprenaient ce que Yannick vit chaque jour.

«Vous n’avez pas idée de comment il va m’en parler longtemps!»

 – Maryse Duguay, femme de Yannick Desmet

Marco Lévesque était surpris de voir à quel point ça changeait la game. «Tu ne peux pas t’exprimer auprès de tes joueurs pour comprendre ce qui vient de se passer. Tu es constamment en retard sur le jeu.»

Un autre joueur, Sylvain, de l’équipe Gérard Patates, abonde dans le même sens en ajoutant qu’il n’y a pas de signe universel pour communiquer. «Si le joueur ne te regarde pas, le jeu avorte.»

Un joueur de l’équipe St-Hubert, Gabriel, a admis trouver ça plus difficile qu’anticipé. «Tu te sens enfermé. La communication est difficile. Il fallait vraiment qu’on vive ça pour comprendre réellement ce que c’est d’être sourd et muet.»

Après avoir expérimenté tout ça, André Robitaille mentionne qu’il n’entendait rien du tout dans le champ centre avec le casque antibruit. Il s’est vraiment senti comme Yannick. «Je trouve ça triste ce qu’il vit. Il ne pourra jamais vivre l’ambiance d’un match.»

Petite anecdote

Un des arbitres de la rencontre, Denis, y est allé d’une anecdote au sujet de Yannick. «La première fois que j’ai arbitré une partie avec lui comme joueur, je ne connaissais pas Yannick ni sa condition. Il est arrivé un moment où il était insatisfait de ma décision et il a commencé à chialer. C’est là que je lui ai dit: prochain mot, tu es dehors!»

C’est après coup que des joueurs sont venus le prévenir qu’il était sourd et muet.

L’ambiance était bonne au terrain Marc-Aurèle-Fortin. Les joueurs ont ri, déconné et lâché leur fou pour la cause. Une situation qui a vraisemblablement plu à Yannick Desmet qui a joué l’entièreté de la partie avec un sourire aux lèvres.

Commentaires

Journaliste aux sports et à l'éducation, nstgermain@2m.media , 450-667-4360 poste : 3530

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page