Connectez-vous à nous
L’enquête est toujours en cours, alors que d’autres suspects seraient possiblement impliqués dans ce violent incident s’étant produit dans le Vieux-Sainte-Rose. (Photo gracieuseté – GoogleMaps)

Faits divers

Arrestation après un coup de feu au pavillon Latour

Le Service de police de Laval (SPL) a arrêté un jeune homme de 17 ans suspecté d’avoir malmener puis tenter d’enlever un autre garçon du même âge, alors qu’un de ses complices serait, pour sa part, toujours recherché après avoir déchargé une arme à feu devant le pavillon Latour, de l’école Curé-Antoine-Labelle, boulevard Sainte-Rose.

Le violent incident s’est déroulé dans l’après-midi du mardi 16 novembre, autour de 15h04, heure de l’appel au 911. On alertait alors le centre d’appels d’urgence après qu’un véhicule, avec plusieurs individus à son bord, venait de s’immobiliser devant l’ancienne école Latour, maintenant réservée à l’éducation aux adultes de Curé-Antoine-Labelle.

Par la suite, deux suspects seraient sortis de la voiture et auraient accosté un étudiant de 17 ans sortant du pavillon situé dans le Vieux-Sainte-Rose.

Une altercation aurait éclaté et le premier suspect aurait rudoyé et essayé de s’emparer de la victime pour l’enlever. Par chance, un ami de la victime se serait alors interposé pour empêcher le kidnapping.

C’est à ce moment qu’un second suspect aurait sorti une arme à feu et aurait tiré un coup de semonce dans les airs. Puis les deux individus seraient retournés à l’intérieur du véhicule et quitté les lieux.

Rapidement, des enquêteurs du SPL auraient réussi à retracer le suspect principal de l’histoire, procédant à son arrestation sur la rue Maisonneuve, à Sainte-Dorothée, après avoir établi un vaste périmètre de sécurité et déployer un important contingent policier.

L’individu d’âge mineur a été ensuite rencontré par les enquêteurs et libéré avec plusieurs conditions à respecter, avant sa comparution en cour de justice pour des chefs d’accusation de voies de fait et tentative d’enlèvement.

La police de Laval confirme qu’un conflit entre jeunes hommes de 17 ans, et dont on ignore toujours la nature exacte, serait à l’origine de cet événement où la victime n’aurait pas été ciblée par un pur hasard.

Commentaires

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page