Connectez-vous à nous

Apprendre et danser salsa et bachata en plein air

Culture

Apprendre et danser salsa et bachata en plein air

SORTIE. Depuis le début de l’été, les gens viennent de Contrecoeur, Montréal et des quartiers lavallois environnants pour danser sur des rythmes latins dans un parc des Prairies aménagé comme une piste de danse digne des folles soirées d’Amérique du Sud. 

Commentaires

Chaque vendredi, plus ou moins 80 personnes ayant envie de dépenser leur énergie en musique se donnent rendez-vous au chalet du parc situé près de l’entrée donnant sur l’avenue du Crochet.

Non loin de la surface de danse surélevée, une aire de jeux est aménagée et animée par Ville de Laval, ce qui permet de trouver un divertissement approprié peu importe l’âge du membre de la famille.

Soirée festive

De 19h à 20h, Emilio Rivas et sa partenaire Caroline Breton commencent par enseigner les rudiments d’un style en particulier. Le vendredi 28 juillet, c’était au tour de la bachata. Ç’aurait pu être le tango, la salsa ou le merengue.

«Un collègue m’avait parlé de ces soirées avec des cours gratuits en plein air, de dire Luxandre Ladouceur, venue d’Ahuntsic avec son copain Olivier Guillemette. Le professeur prend le temps de bien expliquer les mouvements et la musique (de DJ Chocolate) est bonne.»

«On est ici pour faire découvrir la danse et la rendre accessible à tous, de confier Emilio Rivas, professeur aux Loisirs Bon-Pasteur depuis trois ans. Ça rapproche les familles. Les parents pouvant avoir du temps pour eux pendant que les enfants s’amusent à côté, quand papa ne danse pas avec fillette ou maman avec fiston.»

«Même s’il y a beaucoup de spectacles, de plus en plus de gens viennent ici et se rejoignent à travers une autre culture», d’ajouter Caroline Breton.

Pour tous

«Nous venons de déménager dans Chomedey et depuis, je cherchais en ligne un endroit extérieur où danser, de mentionner Sabrina Décarie qui a entraîné son conjoint dans l’aventure. Nous sommes débutants et avons trouvé ça très bien. Nous allons certainement revenir.»

«J’ai traversé le pont, car j’adore ce parc, de continuer Micheline Claveau, résidente de LaSalle. Je suis venue me mettre au défi. J’aime être exposée à une culture différente. C’est une belle initiative de nous montrer ainsi à danser.»

«Je viens depuis les débuts, s’enorgueillit pour sa part Bodile Jensen, de Laval-des-Rapides. Tout le monde est bienvenu. On bouge et ça me rappelle les soirées caribéennes de ma jeunesse!»

Propriétaire de la cafétéria des employés de la Ville de Laval et vétéran de la danse sociale, Matt Moukarzel est un autre habitué.

«J’aime qu’on donne cette place à la danse latine, c’est excellent comme activité physique!» s’exclame-t-il.

Autres activités

En plus des couples et personnes seules qui montent sur la piste de danse, des camions de cuisine de rue attendent les participants, non loin de la Bibliomobile.

«C’est toujours intéressant pour les citoyens de s’approprier leur parc en dansant jusqu’au coucher du soleil dans un contexte aussi bucolique», d’ajouter Lorraine Marleau. La directrice générale des Loisirs Bon-Pasteur s’est inspirée d’une expérience antérieure, les Week-ends du monde, pour créer ces soirées de danse, recrutant même l’homme à l’origine de ces événements tenus au parc Jean-Drapeau: Emilio Rivas.

«Tout ce concept correspond à la volonté de la Ville d’offrir une programmation complète au parc des Prairies, notamment avec l’ajout d’une vraie piste de danse, précise également Amélie Roux, responsable de l’activité au Bureau municipal des loisirs (BML) 2. C’est un bel espace vert propice à ce genre d’activité.»

Le parc des Prairies accueille aussi d’autres activités: zumba, club de marche, soccer parent-enfant, bingo et cinéma en plein air. Une grande fête de fermeture est prévue le samedi 26 août avec jeux gonflables, kiosques, bal des globetrotteurs et présentation d’un film en extérieur.

Chaque vendredi, plus ou moins 80 personnes ayant envie de dépenser leur énergie en musique se donnent rendez-vous au chalet du parc situé près de l’entrée donnant sur l’avenue du Crochet.

Non loin de la surface de danse surélevée, une aire de jeux est aménagée et animée par Ville de Laval, ce qui permet de trouver un divertissement approprié peu importe l’âge du membre de la famille.

Soirée festive

De 19h à 20h, Emilio Rivas et sa partenaire Caroline Breton commencent par enseigner les rudiments d’un style en particulier. Le vendredi 28 juillet, c’était au tour de la bachata. Ç’aurait pu être le tango, la salsa ou le merengue.

«Un collègue m’avait parlé de ces soirées avec des cours gratuits en plein air, de dire Luxandre Ladouceur, venue d’Ahuntsic avec son copain Olivier Guillemette. Le professeur prend le temps de bien expliquer les mouvements et la musique (de DJ Chocolate) est bonne.»

«On est ici pour faire découvrir la danse et la rendre accessible à tous, de confier Emilio Rivas, professeur aux Loisirs Bon-Pasteur depuis trois ans. Ça rapproche les familles. Les parents pouvant avoir du temps pour eux pendant que les enfants s’amusent à côté, quand papa ne danse pas avec fillette ou maman avec fiston.»

«Même s’il y a beaucoup de spectacles, de plus en plus de gens viennent ici et se rejoignent à travers une autre culture», d’ajouter Caroline Breton.

Pour tous

«Nous venons de déménager dans Chomedey et depuis, je cherchais en ligne un endroit extérieur où danser, de mentionner Sabrina Décarie qui a entraîné son conjoint dans l’aventure. Nous sommes débutants et avons trouvé ça très bien. Nous allons certainement revenir.»

«J’ai traversé le pont, car j’adore ce parc, de continuer Micheline Claveau, résidente de LaSalle. Je suis venue me mettre au défi. J’aime être exposée à une culture différente. C’est une belle initiative de nous montrer ainsi à danser.»

«Je viens depuis les débuts, s’enorgueillit pour sa part Bodile Jensen, de Laval-des-Rapides. Tout le monde est bienvenu. On bouge et ça me rappelle les soirées caribéennes de ma jeunesse!»

Propriétaire de la cafétéria des employés de la Ville de Laval et vétéran de la danse sociale, Matt Moukarzel est un autre habitué.

«J’aime qu’on donne cette place à la danse latine, c’est excellent comme activité physique!» s’exclame-t-il.

Autres activités

En plus des couples et personnes seules qui montent sur la piste de danse, des camions de cuisine de rue attendent les participants, non loin de la Bibliomobile.

«C’est toujours intéressant pour les citoyens de s’approprier leur parc en dansant jusqu’au coucher du soleil dans un contexte aussi bucolique», d’ajouter Lorraine Marleau. La directrice générale des Loisirs Bon-Pasteur s’est inspirée d’une expérience antérieure, les Week-ends du monde, pour créer ces soirées de danse, recrutant même l’homme à l’origine de ces événements tenus au parc Jean-Drapeau: Emilio Rivas.

«Tout ce concept correspond à la volonté de la Ville d’offrir une programmation complète au parc des Prairies, notamment avec l’ajout d’une vraie piste de danse, précise également Amélie Roux, responsable de l’activité au Bureau municipal des loisirs (BML) 2. C’est un bel espace vert propice à ce genre d’activité.»

Le parc des Prairies accueille aussi d’autres activités: zumba, club de marche, soccer parent-enfant, bingo et cinéma en plein air. Une grande fête de fermeture est prévue le samedi 26 août avec jeux gonflables, kiosques, bal des globetrotteurs et présentation d’un film en extérieur.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page