Connectez-vous à nous

Anne Bisson plonge dans l’univers du jazz

Culture

Anne Bisson plonge dans l’univers du jazz

Seize ans après avoir sorti un premier album, Anne Bisson a retrouvé le chemin du studio d’enregistrement pour accoucher de Blue Mind, le 3 mars dernier.

Commentaires

Sur ce disque, onze chansons aux couleurs jazz se succèdent, dont dix écrites de sa main. Elle interprète également Hoping Love Will Last, une composition de Steve Hackett. «C’est une belle pièce, qui coule bien à travers mes chansons. Cet album contient des textes très touchants, très personnels et il est près du cœur. J’ai reçu des critiques extraordinaires avant la sortie de la part de gens du milieu, comme Louise Forestier, Gilles Valiquette et Guy A. Lepage», confie la résidente de Sainte-Rose.

Vinyle

En plus de graver sa voix sur disque compact, Anne Bisson se tourne également vers le disque vinyle qui fait un retour en force dans l’industrie de la musique.

«On a produit un vinyle pour s’attaquer à un marché parallèle. Le marché a changé, les ventes des CD diminuent et il y a de plus en plus d’audiophiles. Personnellement, je trouve que le vinyle reproduit beaucoup mieux la chaleur du «live» que le disque compact», dit celle qui vise également à percer en Chine et au Japon, notamment.

Le mois prochain, l’artiste mettra le cap sur l’Argentine afin de tourner un vidéo-clip. Elle s’envolera ensuite vers les palmiers de Los Angeles pour le montage et rencontrer des gens de l’industrie.

Plus près de nous, Anne Bisson se produira au Sheraton de Montréal, le 4 avril. Une performance offerte dans le cadre du Festival Son et Images, dont Blue Mind est l’album officiel.

Feuille de route

Anne Bisson possède une feuille de route bien remplie. Plusieurs se souviendront d’elle comme de l’animatrice de Coup de foudre, de l’émission jeunesse Vazimolo et de La Marmaille.

En 2001, elle est retournée sur les bancs de l’école, à l’Université de Montréal, afin d’obtenir son diplôme en chant classique.

Elle et sa petite famille (elle a épousé le comédien Stéphane Jacques) habitent le Vieux-Sainte-Rose depuis maintenant 15 ans. Elle est tombée en amour avec l’endroit alors qu’elle était étudiante au cégep St-Laurent. «Mon mari et moi nous nous impliquons beaucoup dans notre milieu de vie», termine Mme Bisson.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à la retraite

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page