Connectez-vous à nous

Amende pour un accident de travail mortel

lidl opening times today

Actualités

Amende pour un accident de travail mortel

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) impose un constat d’infraction à Réhabilitation DU O après avoir conclu son enquête sur l’accident du travail ayant coûté la vie Normand Bélair, manœuvre spécialisé pour l’entreprise, dans l’après-midi du 15 novembre 2018, à l’intersection des rues de la Bernina et Boisvert, près de l’aréna Lucerne, dans Vimont.

Pour ce type de faute, le montant de l’amende varie de 16 793 $ à 67 176 $ pour une première offense, et pourrait atteindre 335 882 $ en cas de récidive.

Rappelons que le jour de ce funeste accident, M. Bélair et ses collègues devaient procéder aux travaux d’asphaltage d’une rue. En début d’après-midi, la paveuse se trouvait à une intersection pour recouvrir la portion restante, alors que la rue perpendiculaire était ouverte à la circulation.

Afin de procéder à des travaux de nettoyage sur l’engin, le contremaître a demandé à son collègue de 61 ans d’empêcher le passage des véhicules à proximité. Une fois les travaux terminés, ce dernier a fait signe aux véhicules de circuler et s’est déplacé à gauche de la paveuse, dans l’angle mort créé par les tuyaux d’échappement.

Après le passage du trafic routier, la paveuse a fait marche avant. M. Bélair, faisant alors dos à la machine, a été écrasé. Les services d’urgence ont été appelés sur les lieux de l’accident pour transporter la victime en centre hospitalier où sa mort a été constatée.

Suite de l’accident

Une fois prévenue, la CNESST a interdit l’utilisation de la paveuse et exigé l’arrêt des travaux d’asphaltage jusqu’à ce que des mesures correctrices soient mises en place. Réhabilitation DU O inc., qui est principalement spécialisée dans le gainage de conduites d’aqueduc, s’est conformée à ces demandes.

La Commission prévient que des solutions existent afin d’éviter une malheureuse situation semblable, notamment en prévoyant la gestion de la circulation dans la planification générale des travaux, particulièrement ceux réalisés sur des chemins ouverts à la circulation, soit en fermant les rues au passage des voitures quand des travaux entravent les voies dans les deux axes routiers.

Il faudrait aussi s’assurer que la gestion de la circulation, pour les usagers de la route, soit réalisée par un travailleur ayant reçu la formation de signaleur routier; alors que le contrôle de la circulation sur un chantier de construction devrait être la responsabilité d’un travailleur formé en tant que signaleur de chantier.

Commentaires

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page