Connectez-vous à nous

Alain Lecompte comparaîtra en décembre

lidl opening times today

Actualités

Alain Lecompte comparaîtra en décembre

MÉFAIT PUBLIC. Le conseiller municipal de L’Orée-des-Bois et candidat à la mairie, Alain Lecompte, a reçu la visite de deux agents du  Service de police de Laval à son domicile, le 8 septembre au soir, après que le Parti Action Laval – Équipe Jean-Claude Gobé eut déposé une plainte contre lui pour méfait public.

Commentaires

La rencontre n’a duré que quelques minutes, a précisé M. Lecompte à qui on a remis un avis de comparution. La cause sera entendue en décembre prochain au palais de justice de Laval.

«Le processus a suivi son cours; une procédure normale. Je ne suis pas traumatisé», a-t-il expliqué le 13 septembre lors d’un point de presse de l’Alliance des conseillers autonomes dont il est le chef.

Les faits reprochés ont été commis les 7 et 8 septembre dernier, alors qu’il a détruit à coups de masse cinq pancartes électorales 5′ x 10′ du parti Action Laval sous prétexte que celles-ci étaient illégales.

«Ce n’était pas joli», convient celui qui y voyait une urgence d’agir, dénonçant le fait que son adversaire politique puisse ainsi profiter d’un avantage indu sur les partis respectant la règlementation municipale. Celle-ci interdit l’affichage de nature politique en dehors de la période électorale qui débute le 22 septembre.

«Est-ce que ce serait à refaire? Non!» poursuit Alain Lecompte qui aura à s’expliquer devant un juge.

Il en veut pour preuve la «plainte officielle» qu’il dit avoir déposée auprès de la greffière de la Ville, Chantale Sainte-Marie, au regard de «quatre pancartes gigantesques» toujours en place, termine-t-il.

La rencontre n’a duré que quelques minutes, a précisé M. Lecompte à qui on a remis un avis de comparution. La cause sera entendue en décembre prochain au palais de justice de Laval.

«Le processus a suivi son cours; une procédure normale. Je ne suis pas traumatisé», a-t-il expliqué le 13 septembre lors d’un point de presse de l’Alliance des conseillers autonomes dont il est le chef.

Les faits reprochés ont été commis les 7 et 8 septembre dernier, alors qu’il a détruit à coups de masse cinq pancartes électorales 5′ x 10′ du parti Action Laval sous prétexte que celles-ci étaient illégales.

«Ce n’était pas joli», convient celui qui y voyait une urgence d’agir, dénonçant le fait que son adversaire politique puisse ainsi profiter d’un avantage indu sur les partis respectant la règlementation municipale. Celle-ci interdit l’affichage de nature politique en dehors de la période électorale qui débute le 22 septembre.

«Est-ce que ce serait à refaire? Non!» poursuit Alain Lecompte qui aura à s’expliquer devant un juge.

Il en veut pour preuve la «plainte officielle» qu’il dit avoir déposée auprès de la greffière de la Ville, Chantale Sainte-Marie, au regard de «quatre pancartes gigantesques» toujours en place, termine-t-il.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
342
Haut de page