Connectez-vous à nous

Ajout de 55 lits pour désengorger l’urgence

Actualités

Ajout de 55 lits pour désengorger l’urgence

SANTÉ. On estime à environ 55 le nombre de places extrahospitalières libérées dans certaines ressources intermédiaires de la région pour désengorger l’urgence de l’Hôpital de la Cité-de-la-Santé.

Commentaires

Cet ajout découle d’une mesure de 23,25 M$ annoncée le 12 janvier par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, qui aura pour effet d’optimiser l’utilisation de 350 lits de courte durée dans le Grand Montréal.

«Nous vivons actuellement une période d’achalandage particulière en raison de la faible efficacité présumée du vaccin de la grippe, une situation que nous ne pouvons pas contrôler», a indiqué le ministre Barrette, tout en faisant valoir les «effets positifs notables» sur le temps d’attente dans les hôpitaux.

Cet investissement s’inscrit dans la foulée des efforts pour limiter la durée maximale de séjour dans les urgences à 24 heures, tel que le stipule l’une des modifications proposées dans la Loi modifiant certaines dispositions relatives à l’organisation clinique et à la gestion des établissements de santé et de services sociaux, adoptée en octobre dernier.

«Il s’agit d’une excellente nouvelle qui nous permettra de donner à la population, notamment aux aînés, un accès plus rapide à des services importants», s’est réjouie la ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l’intimidation et ministre responsable de la région de Laval, Francine Charbonneau.

Questions sans réponse

Le Ministère pas plus que le bureau de la ministre régionale et le Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval (CISSSL) n’était toutefois en mesure d’identifier ni les centres d’hébergement où les 55 lits seront libérés ni la logistique déployée pour y déplacer les patients.

Les communiqués officiels publiés par les ministres Barrette et Charbonneau terminaient en invitant la population à utiliser, en tout temps, le service gratuit Info-Santé 811 pour obtenir des conseils pour des conditions mineures et ainsi éviter d’engorger les urgences. Il est également suggéré de se rendre dans les groupes de médecine de famille (GMF) et les super-cliniques pour consulter un professionnel de la santé.

Cet ajout découle d’une mesure de 23,25 M$ annoncée le 12 janvier par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, qui aura pour effet d’optimiser l’utilisation de 350 lits de courte durée dans le Grand Montréal.

«Nous vivons actuellement une période d’achalandage particulière en raison de la faible efficacité présumée du vaccin de la grippe, une situation que nous ne pouvons pas contrôler», a indiqué le ministre Barrette, tout en faisant valoir les «effets positifs notables» sur le temps d’attente dans les hôpitaux.

Cet investissement s’inscrit dans la foulée des efforts pour limiter la durée maximale de séjour dans les urgences à 24 heures, tel que le stipule l’une des modifications proposées dans la Loi modifiant certaines dispositions relatives à l’organisation clinique et à la gestion des établissements de santé et de services sociaux, adoptée en octobre dernier.

«Il s’agit d’une excellente nouvelle qui nous permettra de donner à la population, notamment aux aînés, un accès plus rapide à des services importants», s’est réjouie la ministre responsable des Aînés et de la Lutte contre l’intimidation et ministre responsable de la région de Laval, Francine Charbonneau.

Questions sans réponse

Le Ministère pas plus que le bureau de la ministre régionale et le Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval (CISSSL) n’était toutefois en mesure d’identifier ni les centres d’hébergement où les 55 lits seront libérés ni la logistique déployée pour y déplacer les patients.

Les communiqués officiels publiés par les ministres Barrette et Charbonneau terminaient en invitant la population à utiliser, en tout temps, le service gratuit Info-Santé 811 pour obtenir des conseils pour des conditions mineures et ainsi éviter d’engorger les urgences. Il est également suggéré de se rendre dans les groupes de médecine de famille (GMF) et les super-cliniques pour consulter un professionnel de la santé.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Journaliste à l'économie et la politique municipale , Stéphane.st-amour@2m.media , 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page