Connectez-vous à nous

Action Laval perd deux élus

lidl opening times today

Politique municipale

Action Laval perd deux élus

Le chef du caucus d’Action Laval, Michel Poissant, et le conseiller municipal de Marigot, Daniel Hébert, ont remis hier leur démission au chef et président intérimaire du parti, Achille Ciffeli.

Les deux hommes siégeront désormais à titre d’indépendant.

Le conseiller de Marigot, Daniel Hébert, siégera dorénavant comme indépendant. (Photo 2M.Media – Archives)

Cette double défection ajoute au malheur de la seconde opposition à l’hôtel de ville qui, depuis le 10 février, est toujours privée de trois de ses élus, David De Cotis (Saint-Bruno), Isabella Tassoni (Laval-des-Rapides) et Paolo Galati (Saint-Vincent-de-Paul) s’étant retirés du caucus alors qu’on apprenait qu’ils faisaient l’objet d’une enquête de la Commission municipale du Québec (CMQ) en lien avec leur Déclaration d’intérêts pécuniaires.

Jusqu’à nouvel ordre, la conseillère municipale de Chomedey, Aglaia Revelakis, se retrouve la seule élue au caucus du parti.

Motif

«La transparence et l’intégrité sont des valeurs non négociables», explique le conseiller municipal Michel Poissant dans un communiqué publié le 20 mai.

Son collègue Daniel Hébert remet également en question «la gestion et l’orientation politique du parti», ce qui rendait «difficile l’atteinte des objectifs qui guident mon engagement en politique», dit-il en évoquant des divergences au niveau des valeurs.

Ce malaise durait depuis quelques mois, précisent les deux élus qui avaient rejoint les rangs d’Action Laval en mars 2019 avec leurs collègues De Cotis, Galati et Tassoni, tous des transfuges du Mouvement lavallois – Équipe Marc Demers.

MM. Poissant et Hébert rappellent que leur adhésion à ce parti était motivée par le désir de «rompre avec les pratiques de gestion malsaines de l’administration Demers» et de «travailler avec une équipe à l’écoute des citoyens».

Aujourd’hui, poursuivent-il, la vision du parti ne leur permet plus d’accomplir leur travail dans le respect de leurs convictions.

En des temps plus heureux, à l’hiver 2019, alors que les cinq transfuges de l’Équipe Marc Demers avaient rejoint les rangs d’Action Laval. Debout, dans l’ordre habituel, les élus Paolo Galati, Daniel Hébert, David De Cotis, Michel Poissant et Isabella Tassoni exhibent leur carte d’adhésion fraîchement signée qui fait d’eux les nouveaux élus d’Action Laval. Assis, la conseillère municipale de Chomedey, Aglaia Revelakis, et le chef et président intérimaire du parti, Achille Cifelli. (Photo 2M.Media – Archives)

Surprise totale

Pris de court, le chef intérimaire d’Action Laval a tenté en vain de les convaincre de rester.

«Je leur ai demandé de repousser leur annonce et de nous donner la chance de discuter, explique M. Cifelli en revenant sur l’appel conférence du 20 mai. J’ai passé 39 minutes au téléphone avec les deux, mais malheureusement la décision était déjà prise.»

«C’est la dernière chose à laquelle je m’attendais», enchaîne celui qui défend par ailleurs vigoureusement l’intégrité et la transparence du parti.

«Surpris et choqué» des propos tenus par Michel Poissant, Achille Cifelli insiste pour dire que ce dernier était «le chef du caucus, notre porte-parole et qu’il était impliqué dans toutes les décisions».

Chefferie

Celui qui assume la direction d’Action Laval depuis le départ de son chef-fondateur Jean-Claude Gobé au lendemain des élections de 2017 ne manque pas de souligner les ambitions que nourrissait Michel Poissant pour la chefferie du parti.

«Je savais que Michel Poissant voulait être couronné comme chef, mais je sais aussi qu’il y avait de la résistance dans notre équipe», indique le chef par intérim tout en se questionnant si la perspective d’une course à la direction plutôt qu’un couronnement ait pu infléchir sa décision de quitter le bateau.

Pour sa part, le principal intéressé assure que «ça n’a rien à voir» avec son départ, réaffirmant qu’il ne se reconnaissait plus au sein de cette formation politique.

S’il ne confirme rien pour l’instant, tout indique que M. Poissant créera sous peu son propre parti. «Je suis en mode écoute active», se limite-t-il à dire l’élu de Vimont qui dans son communiqué invite «les citoyens, sous-traitants et employés municipaux» à lui partager leurs idées «pour qu’ensemble, nous puissions bâtir une ville à notre image».

Tassoni et Galati de retour?

D’autre part, l’exécutif d’Action Laval se rencontrera ce soir (jeudi) pour décider du sort des conseillers Isabella Tassoni et Paolo Galati.

La semaine dernière, ces derniers ont exprimé le souhait de réintégrer le caucus dont ils s’étaient retirés il y a trois mois pour ne pas entraver le travail de leurs collègues alors qu’ils collaboraient avec la Commission municipale du Québec (CMQ) au sujet d’une enquête administrative les concernant.

«On me dit que l’enquête serait fermée. Si les documents le justifient, c’est sûr qu’ils seront réintégrés», mentionne le président intérimaire.

Quant à David De Cotis, également visé par la CMQ en plus de l’Unité permanente anticorruption (UPAC), M. Cifelli a réitéré sa pleine confiance en l’élu de Saint-Bruno.

Cela dit, avant qu’il ne regagne le caucus, le parti «veut s’assurer que tout soit fait dans le bon ordre pour protéger l’intégrité de l’équipe».

Journaliste à l'économie, l'environnement, le logement et la politique municipale, provinciale et fédérale, sstamour@2m.media, 450-667-4360 poste : 3523

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

555
Publicité

Populaires

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page