Connectez-vous à nous
Parc
Le projet de l’école du Parc s’inscrit dans le cadre du financement de projets des réseaux et infrastructures pour lesquels un montant de 2,1 G$ est attribué pour l’ensemble des régions du Québec pour l’année 2021. (Photo 2M.Media)

Éducation

18 M$ pour le remplacement partiel de l’école du Parc

Le gouvernement du Québec a annoncé, le 29 novembre, le remplacement partiel de l’école du Parc, située au 5, rue du Ruisseau, dans Sainte-Rose. Cet investissement représente une somme approximative de 18 M$.

L’objectif des travaux est de moderniser l’établissement scolaire de niveau primaire pour offrir aux élèves un «milieu d’apprentissage sécuritaire […] et adapté à leurs besoins», peut-on lire par voie de communiqué.

À la fin des travaux, l’école devrait compter 15 classes, soit 3 de plus que sa capacité actuelle.

«Il va y avoir des espaces pour la socialisation qui favorisent le sentiment d’appartenance, explique Christopher Skeete, député de Sainte-Rose. Ce sera une école de nouvelle génération qui sera adaptée aux méthodes d’enseignement modernes. C’est vraiment une bonne nouvelle, surtout pour cette école qui était vétuste et qui avait besoin d’amour.»

En effet, le projet s’inscrit dans la nouvelle vision gouvernementale qui promeut des bâtiments à espaces communs. Elle arborera une toute nouvelle identité architecturale qui mettra en valeur les accents de bleu et des matériaux du Québec, tels que le bois et l’aluminium.

Satisfaction

De son côté, le Centre de services scolaire (CSS) de Laval se dit ravi de l’annonce qui permettra «d’offrir un milieu de vie stimulant» aux jeunes élèves.

«La qualité de nos bâtiments et notre capacité à offrir des espaces au service de la pédagogie sont autant de facteurs qui peuvent soutenir la réussite de nos élèves et c’est ce qui guide nos actions au quotidien», assure Yves Michel Volcy, directeur général du CSS de Laval.

Il ajoute que «l’école du Parc est déjà bien implantée dans un secteur de choix pour les jeunes familles» et que le financement annoncé permettra «de reconstruire un lieu rassembleur au cœur du quartier».

Notons que la partie du bâtiment qui sera démolie et remplacée date de 1957.

Échéancier

Selon Christopher Skeete, il est encore trop tôt pour établir un échéancier final des travaux annoncés. Le processus débutera avec un appel d’offres qui permettra de finaliser le budget alloué et mieux préciser la durée du projet.

«Les enfants méritent ce qu’il y a de mieux: des écoles modernes, lumineuses et sécuritaires où ils peuvent apprendre et socialiser en toute quiétude», conclut-il.

Commentaires

Publicité

Populaires

Facebook

Publicité
Haut de page