Connectez-vous à nous

Une nouvelle ligue d’impro sans compétition

Culture

Une nouvelle ligue d’impro sans compétition

Les gens des Productions belle lurette, qui ont fondé la Ligue d’improvisation lavalloise (LIL) il y a cinq ans, récidivent après avoir quitté cette dernière, en créant le M.I.T., Mouvement d’improvisation théâtral.

Commentaires

«Nous avons fondé la ligue dans le but d’initier le public à l’improvisation, en misant sur la construction, non la compétition. Il n’y a pas de classement d’équipes. Les spectateurs votent, mais le score demeure secret et l’arbitre discret jusqu’à la toute fin de la partie. Il n’y a qu’une vedette: l’improvisation en cours», explique Jocelyne Cousineau, présidente du M.I.T.

Deux des trois équipes de quatre joueurs du M.I.T, que l’on a baptisées d’après des grands dramaturges de l’histoire, soit Feydeau, Molière, Ionesco, s’affrontent tous les dimanches jusqu’au 6 mai, à 19h30, au Théâtre du Vieux St-Vincent, 1086, avenue du collège, dans St-Vincent-de-Paul. On sait déjà qu’à la reprise des activités en septembre 2007, une dernière équipe joindra les rangs, la Shakespeare. «Nous voulons garder ça petit!», insiste Jocelyne Cousineau.

La ligue est ouverte aux gens de 20 ans et plus, autant les néophytes que les joueurs plus expérimentés. L’impro est une belle façon pour plusieurs artistes de scène de développer sa recherche de personnages, de contrôler sa gêne.

Divorce à l’amiable

À la base du M.I.T, il y a huit anciens membres de la LIL, dont son fondateur, Robert Cousineau. «Pour nous, il n’y avait plus de plaisir. La compétition devenait le principal enjeu, ce qui favorisait le cabotinage, le gros gag, la victoire au détriment de l’écoute, des personnages et des situations théâtrales, qui sont l’apanage de l’impro», commente Mme Cousineau, qui rappelle les paroles de Michèle Deslauriers, lors d’un atelier passé: «Chaque improvisation est une pièce de théâtre éphémère que l’on ne reverra plus jamais.»

Les spectateurs présents au premier match de la ligue, le 21 janvier, ont certes su très vite que l’humour allait avoir la part belle lors de thèmes aussi fantaisistes que «metteur en scène recherché», «un repas gastronomique» ou «une scène de spiritisme» et «mon ami imaginaire».

Les Productions belle lurette, qui a pour mission d’initier le public à l’opéra, l’opérette et la comédie musicale, ajoute donc un nouveau volet à son action. Des ateliers et des contacts sont déjà établis avec d’autres ligues d’impro à travers le Québec.

Rappelons finalement que l’entrée est gratuite pour les spectateurs. Information: 450 667-8199.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page