Connectez-vous à nous

Une famille typique de Laval avec Philippe Bond

Culture

Une famille typique de Laval avec Philippe Bond

C’est dans sa famille que l’humoriste Philippe Bond trouve son inspiration, lui qui a grandi dans Fabreville.

Le père, la mère, le frère, la soeur, la grand-mère, aucun des membres n’est épargné par les blagues et l’aisance de conteur de celui qui est sorti de l’École nationale de l’humour en 2002. «Je parle à chacun d’eux au moins une à deux fois par semaine. J’accompagne ma grand-mère chaque deux semaines pour son épicerie», lance d’entrée Philippe Bond, un habitué des galas Juste pour Rire ces dernières années. «Je viens d’une famille typique de Laval. Tu dois te farcir le show de ta soeur, qui fait du ballet-jazz. Les frères jouent au hockey dans une ville où il y a des arénas à tous les coins de rue, en plus de s’obstiner pour savoir qui va tondre le gazon le samedi», développe l’humoriste, en ajoutant que le père dirige la Caisse populaire du quartier et que la mère tient le fort bien ensemble.

Étude sociologique

Bien qu’il ait été le souffre-douleur de son frère, que sa sœur ne l’ait jamais trouvé drôle de toutes leurs années d’adolescence, les anecdotes brodées par l’humoriste portent surtout sur son père.

«C’est un paquet de nerfs. Après nos 32 ans dans Fabreville, il est parti s’établir dans les Laurentides pour sa retraite. Autant il était le monsieur complet-cravate à la banque, autant ça n’a plus de sens, il est rendu trop à l’aise, capable de se tenir tout nu dans sa cour arrière! «Mais c’est beaucoup grâce à lui si je suis devenu humoriste», ajoute Philippe Bond, qui a fait appel au metteur en scène Joseph Saint-Gelais, ainsi qu’au script-éditeur Sylvain Larocque, pour ce premier spectacle en solo.

La cafétéria

C’est dans la cafétéria de l’école secondaire Curé-Antoine-Labelle que Philippe Bond a découvert ses capacités de conteur. Il y a ni plus ni moins donné ses premières performances colorées.

«Autant j’étais tranquille en classe, autant j’aimais être le centre d’attraction le midi. Je contais des blagues, je me costumais avec des vieux habits de mon père, des fausses moustaches. Aujourd’hui, j’en reviens pas d’être payé pour raconter mes niaiseries!» d’observer celui qui se souvient encore des cours de français de Christine Maillette, malgré les nombreuses heures passées en classes de récupération.

C’est d’ailleurs Philippe Bond qui animait le dernier gala de bal des finissants à l’école secondaire Curé-Antoine-Labelle. «Ils ont les yeux gros comme des 2$, c’est une fierté pour eux autres de voir qu’un gars de leur école peut devenir humoriste.»

Philippe Bond présente son premier spectacle solo les mercredis et jeudis, 20h, du 7 au 29 juillet, à la Maison des arts de Laval (1395, boul. de la Concorde Ouest). Information: 450 667-2040.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page