Connectez-vous à nous

Une famille de Sherbrooke passe sa semaine de vacances à Laval

Actualités

Une famille de Sherbrooke passe sa semaine de vacances à Laval

TOURISME. Lorsque Christine Labrie et Mathieu Poulin-Lamarre, des résidents de Sherbrooke, ont fait connaître à leur entourage leur projet de venir passer une semaine de vacances avec leurs trois enfants à Laval (sans en sortir!), certains ont eu carrément pitié d’eux, aux dires du couple.

Commentaires

«En général, quand on en parlait aux gens, ils grimaçaient, indique Mme Labrie. Certains ont fait leur coming out, nous disant qu’ils venaient de Laval.»

Après avoir visité par le passé la Côte-Nord, la Baie-James et les Îles de la Madeleine, ils ont mis le cap vers l’île Jésus parce qu’ils avaient été charmés, lors d’un court passage à Saint-François l’an dernier, par le côté agricole de l’est de l’île. Ils s’étaient donc dit qu’ils y reviendraient pour en voir plus.

«Dans la culture générale, cette ville est associée à des stéréotypes de la banlieue, ajoute M. Poulin-Lamarre qui a étudié en anthropologie. Mais les enfants, eux, ne les connaissent pas. Quand on leur dit qu’on allait à Laval, on les préparait à un endroit merveilleux. Laval ou Disney World, il n’y a pas de différence!»

Même que peu avant d’arriver à destination, Samuel, âgé de 5 ans, a demandé à ses parents quelle était la langue parlée à Laval.

Vacances différentes

Au printemps, le couple a donc pris contact avec Tourisme Laval, qui a été emballé par le projet, pour avoir des suggestions d’itinéraires et d’hébergement, étant donné qu’il n’y a plus de terrains de camping sur l’île depuis quelques années.

«Normalement, on campe, alors on s’est dit que ça allait être des vacances vraiment différentes», ajoute Christine Labrie.

Sur leur blogue, les parents et ses trois enfants ont partagé quotidiennement leurs aventures en territoire lavallois.

Pas assez de temps

Fêtes du 50e anniversaire de la Ville, Symposium de Sainte-Rose, nuit au Cosmodôme, excursion au Centre de la nature, activités intérieures au Centropolis, balades au Bois de l’Équerre, randonnée en kayak au parc de la Rivière-des-Milles-Îles, escapade en vélo à Saint-François, la famille n’a pas eu assez d’une semaine pour tout faire.

Elle est revenue en territoire lavallois deux jours après ses vacances (après un passage à Montréal) pour visiter l’ouest de l’île, notamment Sainte-Dorothée, et y découvrir les vestiges du terrain de l’ancien camping Mont-Laval.

«Il y avait tellement de choses à faire ici, nos journées étaient tellement remplies, qu’on est épuisés, fait savoir Christine Labrie. Ce qui m’a marquée, c’est la diversité qu’on peut retrouver. À cinq minutes du Centropolis, tu roules et tu arrives dans un champ de maïs. C’est étonnant de pouvoir voir cela dans une ville. Tout ce qu’on peut voir ici en l’espace de quelques minutes. On n’a pas besoin d’aller loin!»

La famille a également été impressionnée par le nombre de maisons ancestrales qu’on retrouve sur l’île.

«Sur le rang Saint-Elzéar, on peut voir de vieilles maisons et autour, des développements résidentiels qui proviennent visiblement de plusieurs périodes», a indiqué Mathieu Poulin-Lamarre.

Les différentes activités leur ont aussi permis d’en apprendre davantage sur l’histoire de Laval, au grand plaisir de Christine Labrie, qui est historienne.

Pour lire les aventures de la Famille en cavale à Laval: http://voyageexperimental.tumblr.com ou la page Facebook Famille en cavale.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page