Connectez-vous à nous

Un premier livre pour Richard Aubé

Communauté

Un premier livre pour Richard Aubé

Le conférencier-motivateur de St-François, Richard Aubé, désirait laisser une trace, un livre «comme un coffre à outils pour la vie», en héritage à ses enfants. Avec Sortez de vos pantoufles en béton, c’est fait!

Commentaires

Le livre a été lancé au Presse Café du Centropolis le 17 janvier dernier, devant plus de 230 personnes. Bien qu’il avoue candidement n’avoir jamais beaucoup aimé lire, ce qui l’a amené à imager son propos par l’insertion de citations, l’auteur a tenu à appuyer ses conférences par un contenu écrit. «Je travaille beaucoup dans le domaine corporatif, mais mon objectif ultime reste de devenir un Jean-Marc Chaput, de transmettre mon message au grand public», affirme celui qui a pris trois ans pour rassembler ses idées sur papier et arriver à les publier.

Sa phrase fétiche: «Oser essayer! Les gens ont l’impression que leur talent, leur potentiel, n’est pas employé à sa juste valeur. Nous avons peur de lâcher prise sur le peu que nous avons pour aller chercher mieux.»

Le dépassement

Dans les 13 chapitres de son livre, Richard Aubé aborde la plupart des facettes de la vie, autant sur le plan personnel que professionnel. Publié chez Québécor, l’ouvrage sortira dans l’Europe francophone dans quelques semaines.

Un parcours

Richard Aubé possède une formation de technicien en architecture. Après avoir reçu son diplôme, «à une période où il n’y avait pas de travail dans le domaine», il reçoit vite une invitation à joindre les rangs de la firme SNC-Lavalin, qu’il quitte six mois plus tard, étant recruté par Hydro-Québec. Il participe alors à la construction de la centrale électrique de Brisay.

«Les plus grands bureaux d’ingénieries cognaient à ma porte. J’avais atteint une zone de confort. Est arrivée une offre d’une petite PME, MKS Informatique. Or on m’a dit: ici, tu peux devenir ce que tu veux. C’est là, pendant 13 années au service des ventes, que j’ai voyagé et découvert mon talent de communicateur, de motivateur», raconte-t-il.

Alors que les conférences de formation en haute technologie cèdent de plus en plus le pas à celles de motivation, son patron lui demande de choisir: la vice-présidence de la compagnie ou le métier de conférencier. «Je suis sorti de mes pantoufles en béton (et un salaire dans les six chiffres) et j’ai créé mon entreprise, altitude 360. C’est-à-dire que pour changer, il faut devenir spectateur de sa vie, prendre de l’altitude, y aller d’introspection et mettre l’emphase sur ses acquis, ses accomplissements, non pas sur ses lacunes et ses échecs», de dire l’homme de 37 ans.

Laval, Europe, Californie

Richard Aubé est natif de Ste-Rose, ses parents s’étant installés sur la rue des Patriotes, alors qu’il allait à l’école Notre-Dame. Par la suite, il a habité Chomedey et Laval-des-Rapides, avant de s’établir à St-François il y a 15 ans. «J’aime tellement St-François! Il y a un beau mélange bien dosé de gens de toutes les ethnies (pas de ghetto), et ce, dans ce mariage entre milieu urbain et campagne qu’est Laval», observe le père de deux garçons, qui ne partirait que pour une carrière florissante en Europe, ou surtout, la Californie. «J’ai commencé Sortez de vos pantoufles en béton en voyage d’affaires le 1er mars 2004 dans la baie de San Francisco. J’avais une semaine à tuer. Depuis, j’ai promis à ma femme et mes enfants que si le livre devient best-seller, je les amènerai là-bas!», conclut Richard Aubé, avec l’optimisme qui le caractérise.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Communauté

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page