Connectez-vous à nous

Un «Norbourg» lavallois?

Actualités

Un «Norbourg» lavallois?

FRAUDES. Un courtier qui avait ses activités à Laval est accusé d’infractions liées à des placements illégaux.

Commentaires

Le procès de Robert Morin débutera le 15 juin, au palais de justice de Laval. L’Autorité des marchés financiers intente une poursuite pénale comportant 167 chefs d’accusation contre celui qui est dans sa mire depuis 2011.

S’il est reconnu coupable, M. Morin est passible d’amendes importantes et d’une peine d’emprisonnement.

Plus de 60 victimes sont répertoriées par l’organisme qui encadre les marchés financiers québécois. Les pertes financières sont estimées à 4,1 M$.

En plus d’abuser de la confiance de ses investisseurs pour leur soutirer de grandes sommes d’argent, il aurait «effectué des placements sans prospectus et fourni des informations fausses ou trompeuses lors d’opérations sur valeurs», informe l’Autorité.

Fraudée de 80 000 $

Sans l’alerte de l’Autorité des marchés financiers, Mme Robillard (nom fictif) ne se serait pas rendu compte qu’elle était présumément victime de fraude de la part de Robert Morin.

La résidente lavalloise avait confiance en cet homme qu’elle connaissait depuis une trentaine d’années. Elle affirme avoir perdu 80 000 $ avec ce courtier en un peu plus de 10 ans, jusqu’à ce que l’Autorité se mêle du dossier, il y a près de 4 ans.

«C’était un agent d’assurance assez compétent dans son domaine, témoigne la septuagénaire. Je n’ai jamais eu de problème avec lui, car je recevais toujours mon argent. Quand l’Autorité s’en est mêlée, elle m’a dit qu’on gelait tout. Quand votre argent est gelé, vous ne pouvez pas faire face à vos obligations.»

Tout perdre

La présumée victime de M. Morin déclare avoir tout perdu. «Ça me laisse sans le sou», exprime celle qui tient à garder l’anonymat pour ne pas alerter certains membres de sa famille, ignorant sa mésaventure.

«Certains lui ont donné de plus gros montants que les miens et ils doivent être dans la même situation que moi. Je me retrouve sans aucune aide. Je ne m’attendais pas du tout à en arriver à cette étape-là dans ma vie.»

Elle doit dès lors s’en remettre à une proposition du consommateur, un mécanisme alternatif de paiement des créanciers découlant de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité.

Indemnisations?

La poursuite pénale de l’Autorité des marchés financiers ne vise pas l’octroi d’indemnités aux victimes.

«Les victimes pouvaient présenter des demandes au Fonds d’indemnisation constitué en vertu de la Loi sur la distribution de produits et services financiers, indique Sylvain Théberge, directeur des relations médias pour l’organisation. Toutefois, il est impossible de se prononcer sur la recevabilité d’éventuelles demandes d’indemnisation.»

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page