Connectez-vous à nous

Un beau «trip» avec Charles Aznavour

Culture

Un beau «trip» avec Charles Aznavour

La section des cordes de l’Orchestre symphonique de Laval (OSL), dont les violonistes Helga Dathé et Johanne Morin, a reçu un cadeau du ciel la semaine précédant le concert de Charles Aznavour, à Laval.

Commentaires

Cette quinzaine de musiciens de l’OSL ont appris qu’ils allaient accompagner la légende de la chanson française, le 21 juin, dans le cadre du Mondial Choral. «J’avais déjà eu la chance de jouer avec lui à la Place des Arts, au sein de l’Orchestre Métropolitain. Alors, l’émotion forte était passée pour moi. N’empêche que j’ai revu un homme en pleine forme, d’une grande gentillesse. Il est un modèle pour tous les artistes qui vieillissent. L’âge ne l’atteint pas! La mémoire ne lui fait jamais défaut et il met encore toute son énergie et son émotion dans ses chansons», raconte Johanne Morin. «Souvent, les grandes vedettes n’assistent qu’à la générale. Charles Aznavour, lui, a assisté à toutes les répétitions auxquelles il a pu. Et il ne chante pas ses pièces à moitié, il en livre l’intégralité; et ça, c’est quand il ne fait pas des blagues avec nous. En concert, il a eu un signe pour tout le monde, des 500 choristes à la quinzaine de musiciens de l’OSL», poursuit Helga Dathé.

Conditions difficiles

La complicité palpable entre Aznavour et son groupe de musiciens a aussi touché les membres de l’OSL. D’autant plus que le concert s’est déroulé au milieu de bourrasques de vent. Des conditions climatiques difficiles que n’a d’ailleurs pas manqué de souligner Charles Azanavour.

«À un certain moment, son chef d’orchestre avait pas mal de broue dans le toupet et M. Aznavour s’en amusait. De notre côté, nous avons fait bon usage de nos épingles pour tenir nos partitions en place», souligne Helga Dathé, le sourire dans la voix. «Par moments, nous fixions les projecteurs qui se balançaient au plafond en nous demandant s’ils allaient tenir le coup. Mais tout ça s’effaçait en voyant le plaisir immense que les musiciens d’Aznavour prenaient avec lui. Ils avaient tellement l’air heureux d’être là, à triper avec lui. C’a été un beau cadeau!» de conclure avec enthousiasme Johanne Morin.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page