Connectez-vous à nous

Splendeurs et merveilles de la maison par Lalie Douglas

Culture

Splendeurs et merveilles de la maison par Lalie Douglas

Avec son exposition Broken Land: histoires contées et racontées, présentée à la salle Alfred-Pellan de la Maison des arts de Laval jusqu’au dimanche 8 février, Lalie Douglas met en scène la maison de son enfance, à la fois refuge réconfortant et berceau d’instabilité familiale.

Commentaires

D’entrée, la pureté du blanc et le solide du bois des cinq installations frappent le visiteur. À prime abord, les éléments posés sur une pastille géante sont familiers: chaise, table, lit, commode et autres meubles d’enfants.

Rapidement, on ne peut éviter de fixer les maisons de différentes dimensions, rarement entières, souvent déconstruites, comme autant d’invitations à les charger de notre imaginaire; elles, chargées des histoires fantastiques de l’artiste montréalaise.

Au fond de la salle, un mur noir semble trancher avec le discours des installations tout en blanc. Des constellations lumineuses prenant forme d’animaux de la toundra canadienne y apparaissent. Un rappel que les premiers humanoïdes y ont trouvé leurs premières histoires à raconter.

Invitation fructueuse

Quand Jasmine Colizza, muséologue responsable des arts visuels à la Maison des arts (MDA), a découvert Vers l’hiver, un projet satellite d’Art souterrain 2013, un événement annuel se tenant dans les corridors souterrains de Montréal, le potentiel de merveilleux chez Lalie Douglas lui a sauté aux yeux.

«Puis, nous avons convenu de ce nouveau projet où elle présente le paradoxe de sa maison d’enfance sous plusieurs angles, sachant qu’elle a vécu avec une mère monoparentale dans un milieu familial parfois difficile, à laquelle s’ajoute cette murale comme une narration», de confier Jasmine Colizza.

«Comme ce fut le cas précédemment pour Lalie Douglas, cette exposition reprend un certain nombre de ses thèmes incontournables tels l’utilisation de la miniature comme une métaphore de l’intériorité, la notion de récits vagues ou non résolus qui déclenchent notre tendance à tracer des lignes entre deux points», de commenter à son tour la commissaire, Barbara Wisnoski, par voie de communiqué.

Concours de dessins

Également, le visiteur trouvera les 45 dessins sélectionnés parmi les 600 élèves ayant participé au Concours de dessin de la salle Alfred-Pellan. Une tradition installée depuis plusieurs années dans le lieu d’exposition de la MDA.

«Par diverses techniques, dont le jeu d’échelle et la répétition, les enfants étaient invités à voir la maison comme un espace domestique et fantastique, souligne Jasmine Colizza. Ça nous donne un petit pouls de ce que les enfants vivent, de leur univers.»

On retiendra l’approche originale d’Annabelle Paquette, de l’école Sainte-Béatrice, dans Coin Coin le canard, l’esthétisme élégant et épuré de Rose Gamache, de l’école Gabrielle-Roy, dans Motifs aux lits, ainsi que les styles déjà bien affirmés de Lori Gouin, de l’école Les Cardinaux, dans Le refuge des oursons! et Jérémie Frappier, de l’école Gabrielle-Roy, dans Fondant-Fondu, leurs dessins agrémentant une petite salle accueillant trois tables où se trouve tout le nécessaire pour devenir virtuose des arts visuels.

Broderie et imaginaire

Parallèlement à l’exposition de la salle Alfred-Pellan se tient celle d’Eugénie Cliche dans le foyer de la MDA.

Dans Les univers périlleux, Eugénie Cliche revisite avec brio l’imaginaire de la broderie grâce à un corpus d’œuvres qui allient le dessin et la peinture. À partir de photographies, l’artiste réalise des images brodées qui font basculer l’univers des photos de famille vers un monde métaphorique où l’absurde et le tragique s’unissent de manière ingénieuse.

On sait que l’artiste s’intéresse à la condition humaine, qu’elle explore par le biais de la performance, de la vidéo, de la photographie et plus récemment, de la broderie.

L’exposition «Broken Land: histoires contées et racontées» est présentée jusqu’au dimanche 8 février à la Salle Alfred-Pellan de la Maison des arts de Laval (1395, boulevard de la Concorde Ouest). Visite commentée avec l’artiste et la commissaire le dimanche 18 janvier, à 14h. Information: 450 662-4440.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Culture

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page