Connectez-vous à nous

Réseau national de trafic de médicaments contrefaits démantelé

Faits divers

Réseau national de trafic de médicaments contrefaits démantelé

PERQUISITIONS. Ces trois derniers jours, la Police de Laval, en collaboration avec celle de Longueuil, la Sûreté du Québec (SQ) et la Gendarmerie royale du Canada (GRC), a mené une opération couronnée par l’arrestation de 5 individus qui feront face à 34 chefs d’accusation impliquant la production, le trafic et l’exportation de médicaments contrefaits.

Commentaires

Une centaine de policiers ont été mobilisés dans le cadre de ce ratissage du projet d’enquête Affranchi. Au total, neuf perquisitions ont eu lieu sur la Rive-Sud de Montréal, principalement dans la municipalité de Longueuil. Cinq résidences et quatre locaux commerciaux ont été investis par les forces de l’ordre, dont un local commercial de Saint-Mathieu-de-Beloeil, servant de lieu de transit sur la route de l’aéroport.

En plus des comprimés, presses, mélangeurs et autre matériel de production, des ordinateurs, clés USB, appareils à comptabiliser ont été emportés. L’analyse en profondeur des médicaments reste à compléter.

Depuis des mois

Débutée l’été dernier, à la suite d’informations indiquant que des expéditions de médicaments étaient effectuées à partir de comptoirs postaux sur le territoire lavallois, l’enquête a révélé qu’un réseau criminel organisé envoyait des colis contenant, chacun, quelques milliers de comprimés contrefaits à partir de Laval, Montréal et Toronto.

La marchandise était expédiée en majorité vers les États-Unis et l’Ouest canadien.

Prudence de mise

Bien que ces comprimés soient principalement destinés au marché de l’exportation, nombre d’entre eux pourraient également être en circulation sur le territoire québécois. La Police de Laval demande aux citoyens de rester vigilants.

L’alprazolam saisi, que l’on connaît mieux sous les termes de valium ou ativan, est d’ordinaire utilisé pour le soulagement de l’anxiété excessive, ainsi que le traitement du trouble anxieux généralisé ou de trouble panique.

Ce type de faux médicaments et autres drogues de synthèse étant fait d’un mélange de substances et de produits chimiques fabriqués de façon artisanale dans des laboratoires clandestins par des organisations criminelles, l’usager n’a aucune idée de ce qu’il consomme, notamment la dose réelle qui est absorbée.

Continuité

Toute personne désirant communiquer de l’information peut le faire confidentiellement par le biais de la ligne info du Service de police de Laval en composant le 450 662-INFO (4336).

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...

Rédacteur en chef, journaliste à la culture et aux faits divers, Benoit.leblanc@2m.media, 450-667-4360 poste : 3526

Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Faits divers

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page