Connectez-vous à nous

Répandre le bonheur à bord d’un VR écologique

lidl opening times today

Actualités

Répandre le bonheur à bord d’un VR écologique

ODYSSÉE. Bastien Carrière et Noémie Benoit sont animés par un désir infatigable de partir à l’aventure.

Commentaires

Grands voyageurs âgés de 20 ans, ils prévoient effectuer une traversée de l’Amérique dès octobre dans un vieil autobus transformé en VR écologique, afin d’aller à la rencontre des gens directement dans leur communauté.

Le coût pour acheter et reconfigurer le véhicule s’élève à 10 500 $. En date du 27 avril, ils avaient déjà obtenu près de 1170 $ en un mois, ce qui représente 11 % de la facture.

En 10 mois, ils ont l’intention de conduire jusqu’en Floride pour se diriger au Texas, en Louisiane et ensuite atteindre le bout de l’Amérique centrale, le Panama. Ils remonteront jusqu’à la côte ouest américaine et conduiront jusqu’en Alaska. Ils traverseront ensuite tout le Canada pour revenir au Québec.

Ils caressaient le rêve d’aller au bout de l’Argentine en traversant les Amériques dans ce genre de véhicule. Sauf qu’évidemment, un obstacle se poserait à la frontière du Panama et de la Colombie, car une forêt sépare physiquement l’Amérique centrale et l’Amérique du Sud. Alors ils ont dû revoir leur plan initial.

Pas de tourisme

Le couple n’a pas comme objectif de faire du tourisme ou de se la couler douce pendant son odyssée.

«On est des passionnés de voyages, mais on veut que cette période serve à quelque chose, laisse savoir le résident de Laval-Ouest, étudiant au Collège Montmorency. On se bat pour plein de choses dans notre vie quotidienne, on a plein d’idéaux. On veut les appliquer pour de bon. Je veux voir le changement directement. Comme aider sur une ferme organique, je vais voir ce que je fais pour de vrai. Ce n’est pas comme envoyer un don qui se perd dans le flou.»

La réflexion de partir a surgi au retour d’une visite des programmes universitaires, en janvier.

«J’ai dit à Bastien que ça semblait intéressant l’université, mais que ça ne m’excitait pas plus que cela, indique Noémie, qui étudie au Collège Lionel-Groulx en arts visuels. Il m’a dit “Noémie, lorsque tu me le dis, on part.”»

Un vent de liberté les a soudainement emplis, eux qui revenaient d’un voyage d’un mois à parcourir l’ouest de l’Europe.

«On a 20 ans, on est ensemble, tout marche en ce moment, expose Noémie. On ne veut pas attendre pour que ça ne se fasse jamais.»

Autobus… ou Econoline?

Leur projet devra se réaliser, qu’ils obtiennent leur autobus ou non, soutiennent-ils.

«Si nous ne sommes pas en mesure d’atteindre notre objectif, on le fera quand même, mais avec un Econoline, ce qui est vraiment plus abordable», assure Bastien.

Ils veulent faire en sorte que leur résidence devienne une sorte de coughsurfing roulant. Le couple compte travailler dans des fermes organiques, communautés ou familles ayant besoin de main-d’œuvre, via le site workaway.info.

«Entre cela, on veut héberger des voyageurs et leur donner des lifts, car le déplacement en voyage est central, indique Noémie. Le but, c’est de rencontrer des gens et de leur donner un coin ou s’abriter.»

Survivre avec les économies

Comment survivront-ils pendant cette année? Bastien a quatre emplois, Noémie en a trois. En plus de leurs études au cégep, ils travaillent fort dans le but de pouvoir s’autosuffire avec leurs économies. La campagne actuellement sur Internet sert strictement au financement du VR.

«On sacrifie actuellement tout, mais c’est si peu pour ce que nous allons vivre», indique Noémie.

Pour consulter la page qui explique leur projet: www.indiegogo.com/projects/trust-happiness-bus-tour–2

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Publicité
342
Haut de page