Connectez-vous à nous

Quels intérêts desservira le pétrole des sables bitumineux?

lidl opening times today

Actualités

Quels intérêts desservira le pétrole des sables bitumineux?

PIPELINE. En réaction à une information selon laquelle le pétrole des sables bitumineux qui transitera dans la canalisation 9B d’Enbridge, à Saint-François, servirait principalement des intérêts étrangers, tel qu’écrit dans l’article «Quartier sous haute pression» publié le 25 mars, l’Association industrielle de l’Est de Montréal, dont fait partie la compagnie Enbridge, a envoyé une lettre au Courrier Laval.

Commentaires

«Ce pétrole est essentiellement destiné aux raffineurs québécois, membres de l’Association industrielle de l’Est de Montréal (AIEM)», peut-on lire dans la lettre signée par Dimitri Tsingakis, directeur général de l’Association Industrielle de l’Est de Montréal.

«[…] En effet, il a été mentionné à de multiples reprises que le pétrole brut ainsi transporté par la ligne 9B est destiné à assurer l’approvisionnement et la compétitivité des deux derniers raffineurs du Québec et de la filière pétrochimique montréalaise, poursuit-on. Ce projet contribue ainsi au développement économique de l’est de Montréal et du Québec, notamment par le soutien de la fabrication du polyester, utile dans la vie de tous les jours.»

70 % à des intérêts étrangers

Steven Guilbeault, directeur d’Équiterre, qui avait coanimé une conférence sur les enjeux entourant l’arrivée du pétrole des sables bitumineux au Québec, doute fortement que la totalité du pétrole qui transitera dans les cours de l’est de Laval soit utilisée essentiellement pour le Québec.

Il insiste sur le fait que 70 % de la production est réservée strictement à des intérêts étrangers.

«Le tiers de ce pourcentage appartient à la Chine», précise-t-il. L’autre part sert des compagnies principalement européennes.

«Dans le cas du projet d’Enbridge, une bonne partie du pétrole est exportée par bateau à l’extérieur du Québec, ajoute M. Guilbeault, qui suit de près le dossier. L’AIEM sème la confusion et est carrément en train de mentir.»

Pour le projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada, dont les ramifications souterraines passeront également à Saint-François sur deux aires de milieux naturels protégées, plus de 90 % de la production aurait comme finalité l’exportation, aux dires de l’environnementaliste.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

555
Publicité

Nous suivre sur Facebook

Publicité
342
Haut de page