Connectez-vous à nous

Philippe Couillard dans Fabre pour appuyer sa candidate

Actualités

Philippe Couillard dans Fabre pour appuyer sa candidate

POLITIQUE. De passage dans Fabre le 31 octobre, le premier ministre Philippe Couillard était aux côtés de sa candidate à l’élection partielle, Monique Sauvé pour un rendez-vous avec ses militants à neuf jours du scrutin partiel.

Commentaires

Martin Coiteux, président du Conseil du trésor, de même que Francine Charbonneau, ministre de la Famille et ministre responsable de la région de Laval, faisaient, entre autres, partie du rassemblement.

D’entrée de jeu, le Courrier Laval a demandé à M. Couillard ses motivations à recruter comme candidate Mme Sauvé, qui avait sévèrement et publiquement critiqué son gouvernement, il y a moins d’un an, alors qu’elle était directrice générale du Carrefour jeunesse-emploi (CJE) de Laval, puis présidente du Réseau des carrefours jeunesse-emploi du Québec. Elle s’indignait à l’époque de la réforme redéfinissant la mission des CJE.

«C’est une des raisons pour laquelle Monique est candidate avec nous dans Fabre, a expliqué M. Couillard. On s’entoure de personnalités qui s’affirment. C’est justement parce qu’elle nous a critiqués qu’on veut qu’elle vienne dans le caucus pour qu’elle défende ses points de vue et qu’il y ait une variété d’opinions au sein de celui-ci.»

Mme Sauvé a esquivé la question au sujet de ses motivations à intégrer l’équipe libérale, expliquant plutôt qu’elle est présente sur le terrain pour entendre les préoccupations des citoyens de Fabre.

«J’avais le goût de faire de la place à la relève au CJE de Laval et j’avais aussi le goût de continuer à travailler pour les Lavallois, a indiqué celle qui réside depuis 25 ans sur le territoire.»

Offre au secteur public

Au terme d’une première semaine de grèves tournantes impliquant quelque 400 000 employés de la fonction publique, comprenant 18 000 salariés à Laval, le premier ministre a laissé savoir qu’il s’apprêtait à aller de l’avant dans les négociations concernant le renouvellement des conventions collectives.

«Pour les syndicats, qui sont ceux qui manifestent et qu’on respecte, on veut avoir une entente négociée avec eux, a-t-il déclaré. Les conversations progressent aux tables de négociation et d’ailleurs, eux-mêmes l’ont dit, il y a quelques jours.»

Aussi, après l’annonce cette semaine voulant que Québec injecte 1 milliard de dollars américains dans l’entreprise Bombardier, M. Couillard défend son gouvernant en réitérant que toute la société bénéficiera du retour en investissements.

«L’investissement dans Bombardier n’enlève absolument rien à la santé, à l’éducation et au communautaire, explique-t-il. Au contraire, ces emplois de haut niveau, avec des gens qui payent des impôts, nous aident à soutenir nos finances publiques.»

Des choix

 

Alors que les travailleurs en éducation clament une dégradation de l’investissement accordé à leur secteur, Francine Charbonneau, elle-même ancienne présidente de la Commission scolaire de Laval, a plutôt pointé du doigt les choix des commissions scolaires dans la gestion de leur budget.

«Il faut faire la différence entre les choix qu’elles font et ceux que le gouvernement fait, a-t-elle ajouté. Le gouvernement a investi en éducation et leurs choix reviennent à un débat qui peut se faire à l’intérieur même d’une commission scolaire.»

Pour M. Couillard, ces organisateurs ont suffisamment de financement de l’État et ne devraient pas crier qu’elles souffrent de déficits.

«C’est inacceptable, a-t-il ajouté. Les commissions scolaires ont ce dont elles ont besoin et si ce n’était pas le cas, c’est qu’il y a de l’argent qui ne se rend pas dans les écoles. Ce que va changer, entre autres, le gouvernement dans le système d’éducation cette année, c’est qu’il va s’assurer que tout l’argent pour les élèves se rendra dans les écoles. On va réformer ou améliorer le système de gouverne pour donner plus de place aux parents, aux enseignants et aux directeurs d’école qui n’ont aucun rôle dans la gouverne du système scolaire régional.»

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page