Connectez-vous à nous

Patientes découragées à une clinique de procréation assistée

Actualités

Patientes découragées à une clinique de procréation assistée

FERTILITÉ. La seule clinique offrant la fécondation in vitro dans la région lavalloise, Fertilys, reçoit un nombre élevé d’appels de patientes découragées et sans autre alternative depuis que le projet de loi 20 a été adopté, le 10 novembre.

Commentaires

Rappelons que la Loi favorisant l’accès aux services de médecine de famille et de médecine spécialisée et modifiant diverses dispositions législatives en matière de procréation assistée met fin au programme public de procréation assistée dans la province, instauré en 2010.

C’est la goutte qui fait déborder le vase pour beaucoup de couples infertiles engagés dans un processus laborieux et parsemé de difficultés les menant à la naissance d’un enfant.

«Pour la plupart de nos patientes, ça fait longtemps qu’elles suivent des traitements avec nous, explique Rachel Auclair, réceptionniste. C’est souvent échec après échec et il y a des couples que je vois revenir depuis l’ouverture de la clinique, il y a bientôt deux ans. Quand finalement, c’est leur dernier essai, il y a toujours un brin d’espoir, mais maintenant, c’est beaucoup plus de préoccupations.»

On appréhende une possible diminution de la clientèle en lien avec le coût des prix, en plus d’un jeu de concurrence plus présent entre les différentes cliniques de la région métropolitaine.

Pour un transfert d’embryon congelé, le tarif est de 1500 $. Pour un cycle in vitro avec échographies, le total s’élève à plus de 5000 $.

«Ça vient jouer avec les émotions des couples déjà ébranlés par un processus très long, témoigne Rachel Auclair. Ç’a été très radical comme décision, même si on en parle depuis l’an passé. C’est aussi un changement drastique pour les médecins qui travaillent fort, tous les jours de la semaine.»

Cette clinique, qui ne contient pas de banque de donneurs, reçoit entre 200 et 300 patientes, principalement en couple hétérosexuel.

Commentaires

Continuer la lecture
Vous aimeriez aussi...
Cliquer pour commenter

Répondre

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualités

Publicité

Nous suivre sur Facebook

Nous suivre sur Twitter

Archives d’articles

Publicité
Haut de page